Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» A quoi vous jouez en ce moment?
par mickmack Aujourd'hui à 9:20

» Le topic de la Nintendo Switch
par wiiwii007 Aujourd'hui à 9:17

» Bon, Comme il faut y passer
par defskerus Aujourd'hui à 9:15

» Super Robot Taisen V [PS4/PSV]
par ange_dechu_lucifer Hier à 23:52

» SPACE RACE
par Oli Hier à 23:42

» Le coin des séries.
par marmotplay Hier à 23:07

» Les Survival Horror, ces jeux qui vous donnent des sueurs froides
par fafnir Hier à 21:29

» Gran Turismo 7 [PS4]
par Warhol Hier à 20:05

» Le topic officiel de la PS4
par Battosai14 Hier à 19:59

» Puyo Puyo Tetris
par fafy Hier à 19:36

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » L'enfer » Tests & Reviews » [TEST] Zero - PlayStation 2

[TEST] Zero - PlayStation 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 5:45

Oli

avatar
Cerbère de la Manette



ZERO
Titres alternatifs : Fatal Frame / Project Zero
Développeur : Tecmo
Éditeur : Tecmo
Année : 2001
Support : PlayStation 2
Genre : survival horror

Hinasaki Mafuyu est un jeune journaliste qui a toujours côtoyé le surnaturel. Il est en effet capable de voir des choses inconnues du commun des mortels. Sa famille possède également un trésor maudit : la Camera Obscura, un appareil photo aux capacités inavouables, susceptible de « capturer » les manifestations de l’au-delà.

Malgré ses prédispositions à faire face à l’étrangeté, Mafuyu disparait alors qu’il était sur la piste d’un écrivain…au sein d’une bâtisse : le manoir Himuro. Bien décidée à faire la lumière sur toutes les zones d’ombre nimbant ce drame, la petite sœur de Mafuyu, Miku, se rend quelques jours plus tard dans le manoir – plongé dans une obscurité constante et dont les murs craquent de mille maux…




Toutes les bonnes choses ont une fin, comme on dit. Et toutes les horreurs ont un commencement. En l’occurrence, le point de départ de la terrifiante saga ZERO date de 2001 – l’odyssée des spasmes ? La PlayStation 2 et la Xbox ont en effet connu le privilège d’accueillir le premier épisode d’une série de survival horror absolument dantesque et qui compte parmi les expériences les plus mémorables du genre. Moins réputés que les RESIDENT EVIL et autres SILENT HILL, les ZERO n’en demeurent pas moins des titres incontournables – et sont, en ce sens, à rapprocher des SILENT HILL pour l’ambiance viscérale qui s’en dégage là où, très tôt, les RESIDENT EVIL ont opté pour des héros survitaminés et surarmés.

Pas d’armes, donc, dans un jeu estampillé ZERO. Mais un appareil photo : la Camera Obscura. Grâce à cet engin aux relents d’antiquité, votre personnage (une jeune fille toute frêle) va être capable de prendre des photos (lapalissade quand tu nous tiens…) afin de débloquer des mécanismes secrets (une porte, un ofuda…), ou tout simplement de vaincre des fantômes offensifs – d’autres, inoffensifs, devront être également photographiés pour gagner des points (affutez vos réflexes, ils ne restent généralement pas longtemps à l’écran). Ne vous y trompez pas : les prises de photos des esprits frappeurs constituent de véritables combats. Il faudra parfois aller vite (certains fantômes naviguent dans les airs, se téléportent, rampent sur le sol ou disparaissent dedans !), étudier les patterns ennemis, choisir les bonnes compétences/coups spéciaux (à acheter/upgrader grâce aux points glanés), prendre des risques afin de réaliser des photos qui font encore plus mal (zero shot, par exemple) et enfin avoir la présence d’esprit (es-tu là ?) de basculer éventuellement entre le « field mode » et le « viewfinder mode ». Ce dernier est le mode en vue à la première personne, vous permettant de prendre des photos. Le « field mode » est à la troisième personne, et est généralement utilisé pour vous déplacer et…courir. Oui, il vous faudra parfois courir en plein combat – afin de vous replacer ou éviter une charge démoniaque. Zapper entre les deux modes et gérer tout ce que j’ai listé précédemment vous donne une petite idée de ce qui vous attend durant les « combats » du jeu façonné par Tecmo : on ne s’y ennuie pas. Mieux, même, une fois la maniabilité plus ou moins domptée, on y prend goût.



Comble du bonheur (malheur conviendrait-il mieux ?), ZERO ne se contente pas de proposer un gameplay original et nerveux pour l’époque. Son ambiance est également extrêmement soignée : le bruit feutré des petits pas sur les tatamis, le bois des escaliers qui craque presque autant que vos nerfs, les maigres rayons de lumière de votre lampe électrique qui épousent les tristes décors dans un mariage que l’on devine funeste, des voix indescriptibles qui semblent s’adresser directement à votre psyché, des bruits creux et ces ofuda (talismans protecteurs) dont on a l’impression de pouvoir sentir l’odeur, lorsqu’ils se mettent à brûler. ZERO c’est tout un panel de sensations, de surprises visuelles et sonores, voire de troubles plus profonds et psychologiques encore, tant tout ce qui se passe à l’écran irradie le joueur et le fait plonger dans l’horreur.

Alors la question est posée : le jeu fait-il peur ? Reconnaissons que certaines de ses mécaniques n’ont pas toujours très bien vieilli, et que l’intensité des rencontres fantomatiques a pris du plomb dans l’aile depuis l’avènement des épisodes suivants, en particulier les deux opus sortis sur Wii. Néanmoins l’atmosphère est très pesante et certaines cinématiques font mouche (le coup du masque et des yeux…aaargh). L’ambiance sonore est également une grande et cruelle réussite, sans parler de certaines idées de game design qui font froid dans le dos – suivre une longue et épaisse trainée de sang pour trouver son chemin…plus d’un frisson m’a alors parcouru l’échine. La peur, dans ZERO, est donc beaucoup moins intense que dans d’autres jeux plus récents, mais une certaine idée du stress est bien présente : le stress de la mort subite ; de l’impossible rencontre fortuite ; du manque de munitions (ici des films puissants). Sans être très difficile ni injuste, ce premier ZERO est, à mon sens, un poil plus ardu que ses ainés : les fantômes y font plus mal, les bonus (herbes, films…) y sont moins nombreux – et ce dès le premier niveau de difficulté ! Rien de rédhibitoire cependant, en particulier parce qu’il y a de nombreux points de sauvegarde. Mais il vous faudra malgré tout très tôt faire attention à votre gestion des herbes et des films – sous peine d’arriver nu comme un vers au pied du dernier chapitre (spéciale dédicace à un membre du forum qui se reconnaitra !). A vous, donc, de bien gérer votre stock famélique d’objets (je te item moi non plus…). N’hésitez pas non plus à user et abuser du backtracking – un plaisir pour les fans de la série, un cauchemar pour les autres, ces joueurs pressés qui aiment terminer leur aventure en ligne droite. Moi j’adore revenir sur mes pas, prendre mon temps, chercher les petits détails qui changent d’un chapitre sur l’autre : un objet qui apparait dans une salle précédemment vide, un fantôme errant qui n’était pas là auparavant… Au-delà du plaisir simple que l’on prend à déambuler dans les décors absolument magnifiques (sublimés par l’ambiance sonore et les jeux d’ombres), cette « chasse aux détails » se révèle également de la plus haute importance si vous souhaitez avancer dans la partie sans mourir trop souvent : en dénichant des herbes, des films, des spirit stones (nécessaires pour lancer une attaque spéciale), voire des pierres de résurrection – les fantômes errants ne sont pas en reste, car ils ont beau être inoffensifs, ils n’en demeurent pas moins vitaux pour votre progression. En les « capturant » dans votre Camera Obscura, vous gagnerez en effet de nombreux points – points indispensables pour augmenter les capacités de votre appareil photo.



Hélas et comme vous pouvez d’ores et déjà vous en douter, tout n’est pas rose dans le noir – en particulier pour un jeu datant de 2001. Si je ne reviendrai pas sur le level design, qui cultive une science certaine pour les allers-retours (marque de fabrique de la série), difficile de passer sous silence la maniabilité qui risque de vous faire paniquer – apprêtez-vous à transpirer…des gouttes de sueur…froide ?! En effet, face à certains fantômes (en particulier ceux qui volent ou qui se téléportent), le gameplay ne semble pas toujours parfaitement adapté – même si avec de l’entrainement, on finit par s’y faire (vous avez d’ailleurs le choix entre un déplacement normal et un autre « à la RESIDENT EVIL » – j’ai toujours opté pour le premier). La prise de vue, enfin, n’est pas sans poser des petits soucis ponctuels. Les angles de caméra adoptés sont vraiment sublimes, certes, avec de subtiles idées de mise en scène, mais la beauté de la 3D ne va pas sans poser de légers problèmes d’angles morts, à certains moments. Notons également que l’aventure se boucle plus rapidement que dans les jeux qui vont suivre – même si refaire le jeu au moins une fois procure un immense plaisir, puisque vous pourrez upgrader davantage vos capacités durant le newgame+, et éventuellement capturer tous les fantômes dans votre album afin de débloquer une lentille surpuissante. De plus, si vous prenez le temps de terminer les vingt missions bonus (une fois une première partie terminée), vous pourrez récupérer de nombreux points mais aussi une lentille facilitant la visée sur les fantômes trop remuants – autant dire que vous risquez bien d’exploser votre partie à venir en mode Nightmare (si vous utilisez vos nouvelles capacités). Comme souvent, dans les jeux de cette franchise, les deuxième et troisième walkthroughs sont plus jouissifs que pesants ou terrifiants. Un peu comme si on revenait sur un jeu qui nous en a fait baver, mais juste pour nous venger, l’humilier un petit peu –  juste ce qu’il faut.

Attention malgré tout, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : le mode Nightmare peut se dompter si et seulement si vous avez la présence d’esprit de jouer au jeu comme il est supposé l’être. N’économisez plus vos pellicules puissantes voire très puissantes : utilisez les ! N’ayez pas peur d’avoir recours à certains pouvoirs même si ceux-ci sont gourmands en spirit stones : la paralysie temporaire vous sauvera ainsi de plus d’un mauvais pas. Et restez constamment sur vos gardes : de nombreux fantômes sont désormais susceptibles de vous occire au moindre contact ! Alors seulement vous pourrez envisager de voir enfin le bout de ce tunnel hanté, avec pour récompense une nouvelle fin, exclusive au mode Nightmare.



Si ce premier PROJECT ZERO a été, objectivement, dépassé par ses suites en terme de qualité, il constitue malgré tout une expérience malsaine hors du commun, incroyable pour l’époque et toujours très agréable à vivre de nos jours. Ses idées de level design et de gameplay, sa science de l’étrangeté et du malaise ambiant, étaient à tel point en avance sur leur temps que Tecmo les a réutilisées dans tous les autres titres de la série jusqu’à aujourd’hui : certains sons emblématiques de la franchise n’ont jamais été changés, et de nombreuses mécaniques de jeu sont exactement les mêmes – légèrement améliorées, cependant. Cette première visite dans le monde désarticulé de PROJECT ZERO constitue donc une expérience inoubliable, en particulier si vous êtes réceptif aux ambiances japonaises à la fois traditionnelles et malsaines : une maison ancienne, ses portes coulissantes, ses tatamis usés, quelques poupées qui semblent vous dévisager, le jardin japonais de mousse et de pierres plongé dans une obscurité glaçante, des autels tachés de sang, un temple mystérieux et ses torii menaçants qui semblent en garder l’entrée… Non, avec PROJECT ZERO, vous n’êtes pas au bout de vos surprises macabres.

Graphismes : 4/5
Gameplay : 3/5
Bande-son : 5/5
Durée de vie : 4/5
Note globale : 16/20
Note testeur : 16/20

Ce premier opus de la mythique série PROJECT ZERO est une vraie réussite. Certes le jeu date de 2001, et certaines de ses mécaniques ont un peu vieilli. Mais le plaisir est toujours là. Surtout, si la peur est beaucoup moins cinglante qu’à l’époque, l’ambiance demeure pesante et l’histoire prenante, voire choquante à certains moments. Techniquement magnifique, disposant d’un beau potentiel de rejouabilité immédiate et d’un système de « combat » très ludique (prendre des photos, faire des combos, utiliser des « coups spéciaux »), ce ZERO premier du nom, désormais dépassé en terme de qualité par ses ainés, demeure malgré tout un incontournable du genre.


Images : jeuxvideo.com



Dernière édition par Oli le Mer 22 Oct - 6:57, édité 1 fois

https://jeuxvideoetdesbas.wordpress.com/

2 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 16:29

mickmack

avatar
Bikini Games Master
je ne lis pas ton test, je veux faire ce jeu sans être spoilé.
Mais ça fait du bon contenu pour le site, c'est cool Smile

3 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 16:43

CTJ

avatar
Limbo Hater
J'ai eu tellement peur en jouant à ce jeu ... C'est vraiment hyper glauque ... J'ai pas été loin mais déjà c'était affreux. Par contre niveau gameplay c'est vraiment pas évident. Le tout est assez rigide et j'avais l'impression (horrible également) d'être super faible par rapport aux fantômes.

J'ai peur de lire le test maintenant.

4 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 16:50

defskerus

avatar
Dieu Breton
Je pense que maintenant tu peux le faire sans broncher Wink
après avoir vu ma superbe chevelure rousse, tu es indemnisé contre les choses affreuses, glauques et qui font peur

pour les mêmes raisons que mick je ne lis pas le test ...
Ca prends combien d'heure pour le faire ?
Niveau sauvegarde c'est chiant comme Resident Evil ou on peut sauvegarder régulièrement ?

5 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 16:57

mickmack

avatar
Bikini Games Master
c'est comme du RE, Def. on sauvegarde dans des salles prévues pour ça.

6 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 17:12

defskerus

avatar
Dieu Breton
Sur RE, j'ai jamais vu la deuxième sauvegarde ... et pourtant j'ai essayé plusieurs fois d'y jouer mais à chaque fois je tourne en rond et me fait buter vite fait car le perso est trop con pour tirer vite dans la tête ... il aime mieux tirer dans la jambe en prenant bien son temps pour pas se louper alors que l'ennemi est à 1m de lui ... j'ai essayé avec le gars et la fille mais j'avance jamais bien loin ...

mais un jour, je le finirais ce Resident Evil 1 !
(quand j'aurais Alzeihmer et que je me rendrais pas compte que c'est la 5000ième fois que je le recommences ...)



Il me tente moyen ce Project Zero du coup ...

7 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 15 Oct - 17:41

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
Il est top ce jeu. Un de mes coups de coeur sur ps2. A sa sortie je l'avais fini sans trop de mal. J'ai décidé de me le refaire cette année, et j'ai eu beaucoup plus de mal qu'avant. Un tres bon jeu pour coeur bien accroché Smile . J'ai encore en tête cette phrase qu'on entend souvent " my eyeeeeeees"

@Ctj : Peureux ^^

@Defskeroux: Oh le nul, il n'arrive même pas a finir Resident Evil 1... je crois que Castle of illusion est le max de tes capacités ^^ .

@Mick: Tu vas adoré, mais joue y vraiment tout seul, loin du regard de tes enfants Wink .

8 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 16 Oct - 4:24

Oli

avatar
Cerbère de la Manette

defskerus a écrit:

pour les mêmes raisons que mick je ne lis pas le test ...
Ca prends combien d'heure pour le faire ?
Niveau sauvegarde c'est chiant comme Resident Evil ou on peut sauvegarder régulièrement ?

Heu...il n'y a jamais de spoilers dans mes chroniques, je ne m'appelle pas Puyo et je ne bosse pas pour GameKult (je suis pas près de l'oublier celui-là). C'est tout le contraire même : quand j'écris quelque chose c'est pour que le lecteur puisse se faire son propre avis, connaitre les forces et les faiblesses d'un jeu pour, qu'au final, il soit capable de savoir (plus ou moins, c'est pas une science exacte) si le soft a le profil pour lui plaire. Je ne fais que décrire des mécaniques, parler du gameplay, de la difficulté, de l'ambiance...des trucs qu'on trouve donc souvent dans la notice. Et si je dois céder aux sirènes du spoiler, je l'annonce au préalable bien évidemment. Ou alors ce sont des trucs gros comme une maison : dire qu'il y a 8 stages dans OCEAN BEACH VOLLEY, que le fight final de MARIO BROS nous oppose à Bowser...voilà le niveau des spoilers que je me permets parfois...

Si un test avait pour vocation à être lu uniquement par les joueurs qui ont terminé le jeu, ça n'aurait que peu d'intérêt, non ?

defskerus a écrit:
Ca prends combien d'heure pour le faire ?

Oli a écrit:Terminé PROJECT ZERO sur PS2.
J'ai adoré ce jeu dont je n'avais gardé que certains passages en mémoire. Je l'ai bouclé en 7 heures, c'est très honorable et je préfère ça aux jeux interminables qui nous demandent souvent le double pour en voir le bout. Au moins là on ne s'ennuie pas si on est réceptif au genre (car c'est redondant).

defskerus a écrit:
Niveau sauvegarde c'est chiant comme Resident Evil ou on peut sauvegarder régulièrement ?

Comme l'a dit Mickmack il y a des salles dédiées pour ça (normal, dans un survival horror). Mais les sauvegardes sont illimitées contrairement à BIOHAZARD. Donc il est toujours possible d'assurer le coup, de revenir sur ses pas pour sauvegarder une nouvelle fois après un combat ardu.

https://jeuxvideoetdesbas.wordpress.com/

9 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 16 Oct - 13:44

CTJ

avatar
Limbo Hater
gatsuforever a écrit:@Ctj : Peureux ^^

J'assume totalement !

10 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 16 Oct - 14:55

Ayla

avatar
Démon Gamer

Yop !

https://lafilleengeek.wordpress.com/

11 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 16 Oct - 17:58

Tonka

avatar
Tueur de Grospixels
J'ai fais le troisième, ça change des RE ! J'ai pas eu le courage de faire le 2 sur Wii, le premier sur PS2 me tente bien. Mais j'attends avant tout l'épisode Wii U Very Happy

12 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mar 21 Oct - 20:51

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
J'ai repris aujourd'hui ma partie. Et c'est toujours aussi dur...

Juste apres ma sauvegarde je tombe sur le trio de fantome. J'arrive au cerisier et je tombe sur un moine, je retourne cjercjer des péllicules 24 à ma sauvegarde et je vais à salle avec le moine et la nana. Apres plusieurs essais je parviens à les battre. Je continue et je retombe sur le trio de fantome. Je sauvegarde à coté du puit. Je monte les escaliers et rentre dans la maisonette et je tombe sur le fantome de la nana qui reste au sol...

Et ca sans recuperer des péllicules puissantes ou de potion. Ce jeu est une vraie torture....

13 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mar 21 Oct - 20:56

mickmack

avatar
Bikini Games Master
gatsuforever a écrit:le moine et la nana

remake du nom de la rose?

14 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mar 21 Oct - 21:45

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
Oh le vilain  Le sens de Mick est en eveil, heureusement que Ayla ou Dydy ne passent pas par là ^^ .

Je viens d'arreter ma partie, ça m'a saoulé. Je vais sauvegarder au puit je quitte l'écran de sauvegarde et pan encore un fantome. Je n'ai presque plus d'energie et il me reste que des péllicules 24 après tout les assauts que j'ai subi. Je n'ai vraiment pas souvenir que le jeu était aussi difficile. Mais là c'est franchement abusé...

Je reprendrai un autre jour car là je suis gavé.



Dernière édition par gatsuforever le Mer 22 Oct - 5:07, édité 1 fois

15 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 22 Oct - 4:13

Oli

avatar
Cerbère de la Manette

Après les deux fantômes (l'un des combats les plus durs du jeu, ok), le moine et la sauvegarde du puits, je crois que tu n'es pas obligé d'aller dans le temple, au bout du niveau, en haut des marches. Il me semble que c'est juste pour enrichir notre album.

Mais le jeu n'est pas "si" dur. Il faut vraiment étudier les patterns des ennemis, et s'ils sont seuls en général ça passe, il faut user et abuser des zero shots afin de pouvoir économiser ses pellicules puissantes - j'ai fait presque toute ma première partie avec les films les plus faibles, du coup j'avais un stock énorme de films puissants pour ma partie en mode nightmare. Ne te décourage pas, les moines ne sont pas si chauds à zigouiller - ils ont des patterns bien précis. Le fantôme qui rampe est également pas très violent, il est lent. Après ce chapitre, c'est moins dur.

https://jeuxvideoetdesbas.wordpress.com/

16 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mer 12 Nov - 17:59

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
J'ai repris ma partie en allant chez mes parents. Et je suis vraiment sur le point d'être degouté du jeu. Apres avoir affrontés tous les fantomes de mon prédecent post, je retourne dans la maison car je suis un peu perdu dans ce que je dois faire. Et rebelotte je tombe sur un moine, j'utilise le peu de remede midicinale qu'il me reste, je tombe dans la salle d'apres contre le fantome brouillard... je continue deux salles apres je tombe sur le spectre volant, j'utilise mes dernieres potions et dans la salle d'apres je tombe sur le fantome qui marche. Et aucune potion de recuperé ou de pellicule plus puissante que celle qu'on recupere dans les points de sauvegarde.

Le jeu me degoute presque tellement ca devient de l'acharnement.

17 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 13 Nov - 3:44

Oli

avatar
Cerbère de la Manette

Là je ne sais plus quoi te dire Gatsu. Je n'ai d'ailleurs plus le jeu suffisamment bien en tête pour te conseiller. Mais...est-ce que tu joues vraiment la prudence ? A chaque nouveau fantôme anéanti, reviens-tu sur tes pas pour sauvegarder à nouveau pour jouer la sécurité ? Je sais, ça prend un peu de temps, mais ça permet d'avancer dans le jeu sans trop stresser lorsqu'on manque d'items comme toi.

https://jeuxvideoetdesbas.wordpress.com/

18 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Jeu 13 Nov - 5:57

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
Je fais ça systematiquement à chaque ennemi vaincu. J'ai du recommencer maintes fois contre les moines pour minimiser les dégàts, mais le pire c'est qu'àpres avoir battu un ennemi et retourner sauvegarder, un nouvel ennemi est réapparu (la sauvegarde à coté du grand cerisier).

19 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Dim 16 Nov - 4:34

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
Enfin j'ai fini ce maudit jeu. Effectivement le 3ème chapitre est un enfer par rapport au dernier chapitre qui est de la rigolade. Je trouve que les moines sont netement plus compliqué a battre que Kirie. J'avais gardé quelques pellicules max contre le dernier boss et ca été super simple.

Par contre pour le chapitre 3 j'ai passé mon temps a sauvegarder apres chaque ennemis et malgré cela ils revenaient sqns cesse, j'ai eu le droit encore à 3 moines pendant mes differents chemin pour abattre les 4 pretres.

Je suis satisfait de refenir ce jeu presque 10apres la première fois Smile .

20 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Mar 18 Nov - 12:46

Oli

avatar
Cerbère de la Manette

Félicitations Gatsu. Si j'ai pu contribuer à seulement 1% de ta motivation pour terminer ce jeu, ça me fait plaisir !

https://jeuxvideoetdesbas.wordpress.com/

21 Re: [TEST] Zero - PlayStation 2 le Lun 2 Jan - 14:12

fafnir

avatar
Vainqueur des Jeux Retrolympiques Saison 2
J'ai fait il y a longtemps et adoré les trois premiers sur ps2 avec une préférence pour le 3. J'aimerais bien me lancer dans le 4 sur wii et le 5 sur U (bien qu'il semblerait que ce dernier soit moyennement réussi).

Vraiment une excellente série.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum