Discussions endiablées autour du retrogaming et des consoles de jeux vidéo, micro-ordinateurs et Arcade. Amstrad / Atari / Bandai / Commodore / Nec / Nintendo / Sega / SNK / Sony / Microsoft


Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Vos jeux finis en 2020
par ika62 Aujourd'hui à 20:11

» L'honorable collection du déchu
par CTJ Aujourd'hui à 20:09

» Deadly Premonition (PS3/X360)
par ange_dechu_lucifer Aujourd'hui à 19:40

» Les 10 000 choses qui vous rendent heureux !
par wiiwii007 Aujourd'hui à 18:56

» Les 1000 choses qui vous saoulent !
par Battosai14 Aujourd'hui à 18:44

» A quoi vous jouez en ce moment?
par Battosai14 Aujourd'hui à 18:34

» Vos derniers arrivages !
par dandyboh Aujourd'hui à 17:16

» Resident Evil zero HD Remaster (Multi)
par mickmack Hier à 13:29

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » L'enfer » Consoles rétros 3D » Sony PS1 » Vandal Hearts (Test PS1)

Vandal Hearts (Test PS1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Vandal Hearts (Test PS1) Empty Vandal Hearts (Test PS1) le Sam 23 Mai 2015 - 12:37

faboulousfab

faboulousfab
Pecheur Ludique

Vandal Hearts (Test PS1) F_tytl10

Parmi tous les jeux que j’apprécie, il y a un genre qui me séduit tout particulièrement, le tactical RPG.
Entre Shining Force 2, le tout premier que j'ai pu faire, en passant par Disgaea, Fire Emblem, ou encore Project X Zone, les titres sont nombreux.
J'aimerais présenter un classique du genre sur ps1 que j'ai fait et refait, Vandal Hearts.
Sorti en mai 1997, de chez Konami, il a été relativement bien accueilli par la presse, je me rappelle d'un 92% sur Player One, qui m'a convaincu de l'acheter à sa sortie.

Intro :
L'intro est plutôt sobre, courte, avec peu d'artifices, elle explique le background de l'histoire. Elle ne rivalise pas avec un FF7 mais elle scotche littéralement au niveau musical, on a d'emblée envie de rentrer dans le jeu.

On est d'ailleurs balancé directement dans l'histoire avec un combat introductif. On y incarne Ash, le chef d'un minuscule bataillon de l'armée, spécialisé dans les missions de maintien de l'ordre (hein des CRS?). On commence donc par zigouiller joyeusement des bandits dans d’énormes gerbes de sang, pas de convention de Megève dans cet univers médiéval.

Vandal Hearts (Test PS1) Sangui10

Graphismes : 4  
Le graphisme du jeu est plutôt bon, coloré, on a affaire à de la bonne 3d isométrique. Les personnages sont quant à eux en 2D mais sont de très bonne facture. Une réussite en terme de bitmap malgré la pixellisation (trop) visible.
On accroche rapidement au char-design des héros, pareil pour celui des ennemis très varié. J'avoue avoir été conquis dès le début, par Diego, l'archer espiègle, qui se soigne à grand coup d'herbe dans le pif... (Maradona si tu nous entends...)
Les textures sont honnêtes sans être formidables, je trouve qu'il y a une bonne cohérence graphique.

Vandal Hearts (Test PS1) Images10

Histoire :  3,5
On se laisse emporter par une histoire absolument banale au départ, émeutes de crèves-la-faim, état totalitaire, blabla, mais qui propose rapidement son lot de rebondissements et de méchants avides de trahisons.
Le ton est globalement bon-enfant mais l’histoire réserve son lot de passages dramatiques et touchants.

Vandal Hearts (Test PS1) Traito10

Durée de vie :  4  
Le jeu de découpe en 6 chapitres, proposant une durée de vie très correcte pour ce type de jeu. On commence avec une équipe de 3 soldats qui va s’étoffer par la suite pour aller jusqu'à 12.

Les missions demandent, pour la plupart, de déglinguer tous les ennemis visibles, mais il est possible d'avoir quelques variantes, protection de PNJ ou d'objets, effectuer une embuscade, réussir à fuir la carte comme une merd,... Ces variantes sont au final peu nombreuses mais très rafraîchissantes.

Il y a également une quête spéciale qui permet, si on trouve une clé cachée (parfois très bien) dans chaque chapitre, de réaliser 6 combats supplémentaires. Au terme de ces combats, plutôt relevés, on obtient une récompense très conséquente et surprenante.
Même si on peut considérer qu'il y a prescription, je préfère laisser la surprise à ceux qui ne l'ont pas encore fait.
Vandal Hearts (Test PS1) Usend_10

Gameplay :  3,5  
Les commandes du jeu sont ergonomiques mais limitées, on bouge, on attaque, on fait de la magie, on utilise un objet.
On peut également chercher, il y a en effet quelques objets dissimulés sur les maps, la plupart du temps sur une texture unique qui saute au yeux, une croix, un trou, des traces de pas, etc.
Les mécaniques sont finalement copiées d'autres jeux comme Fire Emblem, ou Shining Force.

La difficulté n'est pas très élevée, avec de la méthode, on s'en sort très bien. Il n'y a pas de possibilité de faire du power leveling, donc il faut savoir équilibrer l'XP de ses soldats pour se pas de trimballer de gros boulets.

L'interface générale est très sobre, on peut visiter quelques villages, rarement plus d'un à la fois. A l’intérieur de ceux-ci, parler à 2/3 pécores à l'auberge (attention ça peut être capital pour 1 clé en particulier), acheter un meilleur équipement chez l'armurier. Il y a également le Dojo pour faire évoluer vos personnages par 2 fois.

C'est un aspect capital du gameplay (également pompé aux autres tacticals), chaque classe peut choisir entre 2 professions :
les guerriers évoluent en épéistes agiles ou en lourds guerriers.
les archers évoluent en snipers ou en chevaliers faucons.
les magiciens peuvent se spécialiser en magie (offensive ou de guérison) ou devenir des ninjas.

Visuel des professions:
Vandal Hearts (Test PS1) Vandal10

Le mieux étant évidemment d'avoir une équipe équilibrée, il est toutefois possible de se faire des compositions bien exotiques.
Je pense d'ailleurs, pour ma prochaine partie, tester la config 3 guerriers lourds, 4 archers et 4 ninjas, ça sera pas de la tarte !

Les mécaniques de combats sont facilement compréhensibles, et plairont aux novices comme aux plus confirmés. Elles s'articulent autour des forces/faiblesses de chaque classe. Un archer démontera toute créature volante à portée, sera taillé en pièces par un épéiste qui sera brulé à mort par un mage, etc.
Le principe d'attaque par le flanc ou par l’arrière apporte des bonus, tout comme avoir un personnage alliée en support, profiter d'une position en hauteur sont classiquement pris en compte.
Attention, le one-shot peut arriver plus vite qu'on pense.
Vandal Hearts (Test PS1) Url10


Son :  3  
Les bruitages sont bien réalisés, il n'y a rien de choquant.
C'est au niveau musical que le mât blesse, les thèmes sont certes réussis mais il n'y en a que 2 !!
Au bout d'un moment, on se lasse d'entendre la même musique de combat (après rien n’empêche de la couper et de mettre un peu de métal, ...normal  Vandal Hearts (Test PS1) 3856250453  )

Conclusion: 16/20  
Bon, je vois que je me suis pas mal étendu (trop?) sur le sujet. En conclusion, je dirais que Vandal Hearts est un monument du Tactical RPG sur PS1, non pas par son aspect technique, qui reste honnête, mais par son ambiance et son gameplay immersif. Il dispose d'une rejouabilité appréciable et mérite d’être connu parmi les meilleurs du genre.

Vandal Hearts (Test PS1) Us_s_e10


PS :
Je ne parlerais pas de Vandal Hearts 2 avec lequel j'ai beaucoup moins accroché. Il change drastiquement l'ambiance et le gameplay, l'histoire n'a rien à voir avec le premier. Il est techniquement plus complet mais le charme n'est plus le même.

Sur PS1, je recommande chaudement Front Mission 3. Comme son ainé sur SNES, il s'agit d'un tactical plutôt futuriste avec des mechas, des mitrailleuses, des missiles et toussa. C'est une vraie perle dont l'ambiance prenante peut se comparer à celle de Vandal Hearts. Si j'en ai l'occasion je rédigerais bien un test sur lui. Fabien.

2Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Sam 23 Mai 2015 - 16:16

gatsuforever

gatsuforever
Adorateur du Pal
J'ai refinis le jeu il y a quelques mois et j'y ai pris autant de plaisir que la première fois. J'étais tombé au hasard sur une clé, chose qu'il ne me semblait pas avoir fait lors de ma vieille première partie, donc j'ai fait le 1er niveau bonus et recupéré une **** , bien plus loin j'ai recuperé une seconde clé, mais le niveau bonus était d'une difficulté abusé. Donc je me suis reconcentré sur la quête principale.

Pour parler de la serie, lorsque j'ai su qu'un opus sur ps3 en démat, j'étais content que la serie renaisse de ses cendres, mais une fois le jeu commencé, on comprend vite que l'essence du jeu et ce qui faisait son charme a été abandonné au profit de gamin à grosse tête qui vont faire leur petite aventure...

3Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 9:44

dandyboh

dandyboh
Maudit du Forum

Mon test de l'époque pour ce jeu :

Et voici ma dernière acquisition, jeu que j'ai reçu ce samedi (et que j'aurais du recevoir il y a deux ans si un employé de La Poste ne l'avait pas volé - oui, volé ! mais c'est une autre et longue histoire). Vandal Hearts, ce T-RPG mythique auquel je n'avais jamais joué !

Vandal Hearts

Il s'agit du premier Tactical-RPG développé par Konami, sorti en 1996 sur PlayStation (1997 chez nous), puis porté en 1997 sur Saturn, au Japon uniquement. Autant dire un des premiers T-RPG 32bits.

Vandal Hearts, c'est une histoire qui, si elle n'a rien d'exceptionnel pour le moment (je n'en suis qu'à 5h de jeu au moment où j'écris cette ligne), ne demande, à mon avis, qu'à s'étendre et devenir de plus en plus intéressante. Le jeu est en 2.5D, avec les personnages et certains éléments du décor en 2D, tandis que le reste du décor et les magies sont en 3D polygonale, le tout avec une vue isométrique, à la Tactics Ogre.

Cette vue isométrique, dont Vandal Hearts n'est autre que le troisième T-RPG à inaugurer (après Tactics Ogre et Terra Phantastica - j'oublie peut-être quelques mauvais T-RPG qui sont passés inaperçus), permet d'ajouter au gameplay des éléments qui, aujourd'hui, paraissent évidents, mais qui, à l'époque, n'en étaient qu'à leurs balbutiements : attaquer par derrière donne un avantage, et attaquer de haut également. Dans le même ordre d'idée, les personnages sont plus rapides lorsqu'ils descendent que lorsqu'ils montent.

A la manière d'un Fire Emblem, le jeu fonctionne avec le principe de papier-caillou-ciseaux : l'épée bat l'arc, l'arc bat les créatures volantes, les créatures volants battent l'épée. A la manière d'un Fire Emblem, également, le déplacement se fait par équipe (tous les personnages du joueur dans l'ordre que l'on veut, puis tous les personnages de l'IA, etc...). A la manière d'un Fire Emblem - ou d'un Shining Force -, enfin, les personnages peuvent changer de classe une fois le niveau 10 atteint (et de nouveau une fois le niveau 20 atteint).
Une des particularités de ce Vandal Hearts consiste en la grande quantité de sang visible à chaque personnage vaincu, qui tranche assez radicalement avec le côté "dessin" des personnages, qui présentent un style à mi-chemin entre le manga et la bande dessinée franco-belge.

Un élément intéressant du soft est le fait que le level up est impossible en-dehors des combats propres au scénario : les batailles s'enchaînent, entrecoupées du scénario et de promenades sur une carte du monde simple, mais il est impossible d'avoir des combats supplémentaires ou de recommencer une bataille presque terminée pour acquérir de l'argent et de l'expérience. De plus, à la fin de chaque bataille, vous gagnez de l'argent pour chaque ennemi vaincu, mais vous perdez de l'argent pour chaque allié tombé pendant le combat - ce dernier sera automatiquement remis sur pied pour le combat suivant. Il faut donc essayer au maximum de tuer tous les ennemis lors des combats, et perdre le minimum d'alliés, sous peine de ne pas avoir assez d'argent pour acheter des équipements puissants à vos personnages. La stratégie est donc de rigueur, pour minimiser au mieux les pertes, mais cela n'est toutefois pas aussi contraignant qu'un Fire Emblem dans lequel le personnage ne revient jamais à la vie.

Au final, Vandal Hearts est un T-RPG très classique (un peu moins pour l'époque), qui n'a -a priori- inventé aucun élément de gameplay, reprenant surtout des éléments inventés par deux pionniers du genre : Fire Emblem et Tactics Ogre. Mais ce que Vandal Hearts fait, il le fait bien. Il possède de nombreux atouts à ce que j'ai pu voir, et notamment :

La non-répétitivité des combats, dans lesquels de nombreux éléments vous obligeront à agir de telle ou telle façon : un pont qui brûle et qui vous oblige à avancer vite, des leviers à activer pour abaisser des ponts, des caisses à pousser pour bloquer le passage des ennemis, l'équipe séparée en deux groupes dont l'un permettra à l'autre de passer par tel endroit, etc... A noter que pour ce point, les éléments sont parfois trop peu contraignants pour être intéressants (le pont brûle trop lentement par exemple), et que Saiyuki Journey West a repris le même principe en l'améliorant.

De nombreux objets cachés un peu partout sur les cartes de combat, que vous pourrez déterrer en choisissant "Examiner". Inutile cependant de fouiller chaque case au hasard, l'emplacement de ces objets sera signalé par un symbole discret sur la case en question (ouvrez l'œil !), ou sera mentionné par un personnage à la taverne (ouvrez l'oreille !)

L'équilibre entre les personnages, qui fait en sorte qu'aucun ne paraisse inutile ou faible par rapport au reste du groupe. A noter d'ailleurs la puissance des magiciens, qui, malgré leur faible défense, pourront effectuer des dégâts sur une très large zone, pour un sort qui ne coûte pas la totalité de leurs points de magie. Je trouve que dans nombre de RPGs, tacticals ou non, les magiciens sont trop faibles, et la puissance de leurs magies ne permet souvent pas de compenser leurs très faibles défenses. Ici, ce n'est pas le cas : les magiciens sont souvent essentiels.

Les gains d'expérience sont ajustés pour que la différence de niveaux entre vos personnages ne soit jamais un gouffre. Un personnage a 4 ou 5 niveaux de retard ? Faites le tuer un ennemi, il gagnera deux niveaux d'un coup. Un autre personnage a 2 niveaux d'avance ? Vous aurez besoin de lui faire tuer une bonne dizaine d'ennemis minimum afin de le faire gagner encore un niveau. Ce principe peut être un avantage ou un défaut, mais quoi qu'il en soit, il permet de faire en sorte qu'à chaque partie de n'importe quel joueur, pour un même combat, le niveau moyen de vos personnages sera à peu près toujours le même, d'autant plus qu'il n'y a pas de level up possible (tous les combats font avancer le scénario).
L'IA n'attaque pas au hasard mais se concentre souvent sur un personnage pour le tuer plutôt qu'en blesser trois différents, et essaie au maximum de profiter du triangle (épées > arcs > volants) ainsi que de l'attaque par derrière et le soutien (une attaque effectuera plus de dégâts si la cible est sur une case adjacente à un de vos alliés). Bien entendu, elle ne va pas jusqu'à regrouper toutes ses forces pour attaquer à 20 en même temps, et préfèrera l'attaque par petit groupe (tout dépend du design de la carte de combat en fait), ce qui ne corse pas la difficulté outre mesure.

Le principe d'attaque à distance : les arcs et autre armes du genre ne peuvent attaquer qu'en ligne, donc dans 4 directions différentes : impossible d'attaquer un adversaire qui se trouve sur une diagonale par exemple. Ceci parait étrange et contraignant quand on n'a pas l'habitude, au début, mais finalement, cela se révèle être un très bon système qui limite un peu la puissance des archers, et qui nous permet de pouvoir mieux réfléchir au placement que l'on peut effectuer pour éviter les attaques fléchées ennemies.
Enfin, les cartes sont souvent bien pensées, avec des ennemis parfois placés à la case près pour avoir pile le temps de bloquer leur progression via une caisse, ou des cartes un peu "vicieuses", dans lequel votre équipe commencera au milieu, au sol, alors que les ennemis vous entourent et leurs archers sont en hauteur...

Alors bien sûr, on pourra lui reprocher ses graphismes un peu datés et bien pixelisés (mais après tout, il s'agit du premier deuxième T-RPG sur PlayStation, après Sengoku Cyber, à utiliser la 3D polygonale : Arc the Lad 1 et 2 et Super Robot Taisen 4 sont en 2D ; CRW est en 3D isométrique, sans polygones), mais l'ensemble reste tout de même très honorable, graphiquement. On pourra également lui reprocher une traduction française qui pique les yeux, contenant de nombreuses fautes, de phrases mal tournées, etc..., mais je suppose que le nombre de caractères était limité et que le travail des traducteurs n'était pas des plus simples. En plus de cela, la traduction n'est que partielle : les actions dans les menus, etc... sont en anglais. Seuls le scénario, les dialogues, sont en français. Le plus étrange demeure tout de même les questions posées à votre personnage, en français, et dont le choix des réponses est en anglais... Je ne sais pas ce que donne le jeu en anglais, mais je pense que si vous maitrisez cette langue, vous devriez opter pour celle-ci !

Deux points un peu plus importants auraient pu être améliorés à mon avis : la difficulté est un peu trop aisée à mon goût, et surtout le jeu est beaucoup trop court. 16h de jeu (pour ma part), c'est peu. Je n'ai pas fini le jeu à 100% (j'ai entendu parler d'une classe Vandalier ou que sais-je), mais je n'ai pas pour autant essayé d'avancer le plus vite possible.

Pour conclure, je terminerai en disant que je comprends que ce jeu soit souvent cité dans les tops RPGs. Il ne me manque peut-être que le fait de ne pas y avoir joué pendant la grande époque de la PlayStation, et écrire ce billet avec nostalgie, pour ne pas le placer dans mon top 3 des T-RPG. Mais au moins, ainsi, ma critique peut être objective. Et donc, je dis objectivement : Vandal Hearts est un T-RPG très réussi, notamment grâce à un excellent level-design, un gameplay bien pensé et bien réalisé, et, même s'il n'a rien inventé, il a su reprendre les bons éléments des T-RPGs qui existaient déjà et en faire un très bon jeu, quasi sans-faute.

Info

La série des Vandal Hearts comporte 2 autres épisodes :

Vandal Hearts II, sorti uniquement sur PlayStation en 1999 (2000 en Europe), a reçu des critiques généralement moins bonnes que son prédécesseur, notamment à cause de son scénario inintéressant et de ses combats qui manquent de variété, contrairement à Vandal Hearts. Certains estiment cependant que Vandal Hearts II est meilleur que Vandal Hearts, je donnerai mon avis personnel quand j'achèterai le jeu (ce qui ne devrait pas tarder vu tout le bien que je pense de ce premier épisode !)

Vandal Hearts Flames of Judgment, sorti sur Xbox Live Arcade et Playstation Network en 2010. Ce jeu est la "préquelle" de Vandal Hearts, et a reçu d'assez bonnes critiques. Je ne pourrais donner mon avis, n'ayant testé que la démo, mais là encore, je pense que je l'achèterai, malgré tout le mal que je pense des jeux dématérialisés.

Info

Selon Wikipedia, une version Windows est sortie uniquement en Corée. Information à prendre avec des pincettes puisqu'aucune source n'est citée et que mes recherches de sources fiables à ce sujet se sont révélées infructueuses.

4Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 10:03

mickmack

mickmack
Bikini Games Master
@dandyboh a écrit:
Selon Wikipedia, une version Windows est sortie uniquement en Corée. Information à prendre avec des pincettes puisqu'aucune source n'est citée et que mes recherches de sources fiables à ce sujet se sont révélées infructueuses.

il existe, et en Chine aussi. j'ai trouvé l'iso du jeu en environ 15 secondes Very Happy

5Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 10:15

dandyboh

dandyboh
Maudit du Forum

Merci pour la précision Wink mon article date d'il y a quelques années, peut-être que l'ISO a été largement diffusé depuis... ou peut-être que je suis pas doué pour faire des recherches Vandal Hearts (Test PS1) 4257297559

6Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 11:28

mickmack

mickmack
Bikini Games Master
l'iso a été mis en ligne en 2016, donc, a toi de situer Smile

7Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 12:40

Battosai14

Battosai14
Nintenwhore
Je me souviens l'avoir commencer celui là mais pas fini, je pense qu'il doit faire partie des jeux que j'ai commencer et jamais finis à une certaine époque où je commençais trop de jeux en même temps Vandal Hearts (Test PS1) 4257297559 Vandal Hearts (Test PS1) 4257297559

Va vraiment falloir que je corrige cette erreur Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215 Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215

http://www.dg2s.fr

8Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 12:48

dandyboh

dandyboh
Maudit du Forum

@mickmack a écrit:l'iso a été mis en ligne en 2016, donc, a toi de situer Smile

Mon article date de 2011 donc bien avant en effet !

@Battosai14 a écrit:Je me souviens l'avoir commencer celui là mais pas fini, je pense qu'il doit faire partie des jeux que j'ai commencer et jamais finis à une certaine époque où je commençais trop de jeux en même temps Vandal Hearts (Test PS1) 4257297559 Vandal Hearts (Test PS1) 4257297559

Va vraiment falloir que je corrige cette erreur Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215 Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215

Il est vraiment sympa et assez rapide à terminer (pour un T-RPG) donc n'hésite pas Wink

9Vandal Hearts (Test PS1) Empty Re: Vandal Hearts (Test PS1) le Mar 21 Jan 2020 - 13:24

Battosai14

Battosai14
Nintenwhore
Je le rajouterais dans ma liste de jeux prévus pour mon petit projet perso Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215 Vandal Hearts (Test PS1) 2574002215

http://www.dg2s.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum