Discussions endiablées autour du retrogaming et des consoles de jeux vidéo, micro-ordinateurs et Arcade. Amstrad / Atari / Bandai / Commodore / Nec / Nintendo / Sega / SNK / Sony / Microsoft


Le Pad&Retrogame de juillet : Du bon X comme on l'aime

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » Les damnés » Gamer Actuel » Vos jeux finis en 2016

Vos jeux finis en 2016

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 5 sur 9]

101 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 15:11

MacGregou


Maudit du Forum

@bigvilo a écrit:Terminé aujourd'hui DJ Boy en arcade (via émulateur of course). Pas fameux du tout, des déplacements pas aisés avec ces rollers, des hitbox pas toujours bien placé, une difficulté certaine (et pas que dû au fait que ça soit un jeu d'arcade, les déplacements incertains jouent aussi), de gros clichés racistes, une fin qui n'a pas l'air d'en être une car il n'y a pas de gros boss (il s'agit en fait du premier boss mais en double)... BRef, un beat' à éviter.

Par curiosité, quels sont ces clichés ? Je précise que je n'ai jamais fait le jeu.

102 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 15:18

Battosai14

avatar
Nintenwhore
Surement les gros clichés de l'époque tel qu'on en vois dans beaucoup de BTU des années 80/90 Smile

http://www.dg2s.fr

103 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 15:29

bigvilo

avatar
Cerbère de la Manette

Un jeune black issu de Brooklyn qui fait du breakdance dans la rue (bon, ça, c'est light), qui va se taper contre un gang qui ne compte quasiment que des têtes d'aryens blonds ou au crâne rasé ou de gros black (donc soit on est raciste, soit on est gros, soit on est black aux USA), un boss sous forme de grosse mama avec sa grande robe qui lâche des insultes et des gros pets... Pour aujourd'hui, par rapport à un GTA, on est loin, mais ce n'est pas anodin non plus. Il me semble que la version Genesis du jeu a gommé ces "soucis".

http://jeuxcollector.fr/

104 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 15:49

Battosai14

avatar
Nintenwhore
ça me parait léger ça comme clichés

http://www.dg2s.fr

105 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 15:58

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Terminé #Mario 3D World (les mondes principaux), je vais attaquer le monde étoile petit à petit. J'ai récolté 205 étoiles je crois, donc pas fait le jeu en ligne droite mais ya des niveaux où j'ai pas pris le temps de regarder plus que ça.

J'étais pas trop chaud mais je n'avais pas encore testé un plateformer de la U, alors j'ai tenté. Perso je trouve que ça casse pas 3 pattes à un canard mais bon. C'est jolie, coloré, avec de bonnes idées dans plusieurs niveaux mais malgré tout j'accroche pas trop.

Le seul point noir, outre mon ressenti perso, c'est la gestion des sauts pas forcément évidente selon les passages car on a du mal à gérer les perspectives, la profondeur ou encore la hauteur. C'est pas bien méchant mais un peu embêtant parfois, surtout pour un jeu de ce genre.

Je reviendrai dessus de temps à autre vu que le jeu se prête trés bien à des sessions trés courtes mais sans en tirer plus d'amusement que ça.

Au passage ça m'a permis de voir à quoi ressembler le jeu Captain Toad vu qu'il est directement inspiré de certains niveaux, et je me demande si c'est vraiment fun un jeu comme ça ^^ J'ai trouvé le concept sympa 2 minutes, mais sur un jeu entier je sais pas trop franchement.

106 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 22:31

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

@Emeldiz : Je pense à peu près comme toi pour ce Super Mario 3D World. Il m'avait un peu déçu par la petitesse de ses niveaux, et surtout par l'approximation des sauts que tu as relevée. Pour moi c'est un très bon jeu par son level design, mais le coeur du gameplay est plutôt imparfait.
Je ne sais pas si tu as fait les Galaxy sur la Wii, mais je les trouve nettement supérieurs.

107 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 27 Nov 2016 - 22:34

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Yep j'ai fait Galaxy mais .... je n'en ai presque gardé aucun souvenir si ce n'est que je n'avais pas accroché. Il s'agit de mon premier jeu Wii avec Zelda TP, donc fait ya quelques années. Je me souviens surtout ne pas avoir apprécié le fait que, comme on est sur des petites plantées, les mondes n'ont pas beaucoup de charmes (de ce que je m'en souviens) contrairement à un Mario 64 / Sunshine.

Je crois même ne pas l'avoir terminé alors que j'étais presque à la fin. En tout cas, je ne me souviens pas du boss de fin, donc j'ai pas du le finir.

Mais bon, c'est beaucoup trop flou pour que j'ai matière à échanger sur le sujet.

108 Re: Vos jeux finis en 2016 le Lun 28 Nov 2016 - 9:12

wiiwii007

avatar
Cerbère de la Manette

Tu fais parti de ceux qui préfèrent les Mario " monde ouvert " ?

T'as essayé le Mario 3D World à 2/3 ou 4 ? Car niveau fun, si ça plait, c'est énorme !! J'ai mes meilleurs souvenirs Wii U sur ce jeu, fou rire garanti !

Le Captain Toad n'a pas pour but d'être fun, il faut le prendre comme un Adventure of lolo : réflexion. Les niveaux qui sont dans 3D World sont des minis exemples de ce qu'il y a dans le véritable Captain Toad. C'est toujours le même délire mais beaucoup c'est beaucoup plus poussé. Tu as également la possibilité de faire un mini jeu grâce à l'amiibo Toad (plus pour les petits) : cache-cache, dans lequel tu dois trouver un perso caché dans le puzzle. Et, si tu possèdes une partie de 3D World, tu pourras débloquer des niveaux de 3D World à faire sans sauter, avec Toad.

C'est très sympa la relation entre les deux jeux.

109 Re: Vos jeux finis en 2016 le Jeu 1 Déc 2016 - 14:03

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Etant donné qu'en ce moment c'est peu le désert au niveau des nouveautés intéressantes, j'en profite pour me faire de nombreux jeux sur la Super Nintendo. Voici ceux que j'ai terminés ces dernières semaines :

- #NinjaWarriors : J'étais un peu sceptique sur l'intérêt de proposer un beat'em all qui ne se déroule que sur un seul et unique plan. Mais les avis sur le net étant généralement très positifs, je me suis laissé tenter. Au final, c'est vraiment un excellent jeu où le fun prédomine. J'ai pris énormément de plaisir à le terminer. Les sprites sont énôôôrmes et super bien dessinés, l'animation ne faiblit pas, et le gameplay est très étudié et beaucoup moins bourrin que ce qu'on pourrait croire. Les 3 personnages que l'on peut choisir, à savoir Ninja, Kunoichi, et Kamaitachi (oui oui, ce sont bien leurs noms) ont l'avantage de proposer chacun une manière de jouer très différente. Chacun a ses coups spéciaux, ses caractéristiques, ses aptitudes propres.. Notons quand même que Kamaitachi est complètement pété par rapport aux deux autres, et rendra le jeu beaucoup trop facile. A ce sujet, d'ailleurs, pensez à passer par les options pour mettre le jeu en "Hard". La difficulté est en effet bien mieux réglée dans ce mode.

Au final, donc, un très bon soft sur lequel je reviendrai facilement quand j'aurai une ou deux heures à tuer, tant on s'amuse avec. Petit point négatif : des musiques qui, certes ne sont pas mauvaises, mais sont sans génie et ne se retiennent pas (bien que @Junkers ait choisi d'en sélectionner une dans le topic de la "sélection musicale des membres" ^^).

--------------------------------------------------------------

- #SunsetRiders : Ce jeu a pour moi un capital nostalgie assez grand car il est l'un des titres sur lequel je passais beaucoup de temps en salles d'arcade lors de vacances en Espagne avec mes parents. Au point que je l'avais même terminé (foule autour de moi, quart d'heure de gloire que tous ceux ayant fini un jeu dans les salles de cette époque connaissent bien ! ^^). Quelques temps plus tard, j'avais pu m'essayer à la version Megadrive, mais l'adaptation est carrément merdique et bâclée : 2 personnages en moins, des boss passés à la trappe, des graphismes ternes, des bruitages à la ramasse, l'ordre des niveaux chamboulés... Bref, un massacre en bonne et due forme.
Cette version SNES est de loin la meilleure adaptation. On retrouve les voix digits, les 4 personnages, l'intégralité des boss. Les musiques sont excellentes, vraiment, et ont quasiment la même sonorité qu'en arcade. Le jeu est fluide, ça ne rame pas, c'est du très bon run 'n' gun.

Or, on sent quand même que le tout aurait pu être bien mieux. Certains pans de niveaux de la version originale ont été complètement occultés. Nintendo oblige, on note quelques points de censure avec par exemple des "gogos-danseuses" un peu moins dénudées, des balles de revolver "roses flashy", et l'animation rigolote des ennemis brûlés qui n'est plus là. Enfin, dans le niveau des rocheuses où l'on combattait originellement des Indiens, ceux-ci ont purement été remplacés par les traditionnels cowboys présents dans tous les autres stages.
Étant donné que certaines sections au sein des niveaux ont disparu, ces derniers se révèlent parfois affreusement courts. Par conséquent, seuls les affrontements contre les boss se révèleront intéressants... et très difficiles ! Le jeu, en effet, ne pardonne pas. Au point que certains combats sont complètement abusés et mal réglés au niveau de la difficulté. Par exemple, le combat contre Wig Wam le chef indien pourra vous bouffer sans problème toutes vos vies, c'est n'importe quoi. D'autant plus qu'après le traditionnel respawn de votre personnage suite à la perte d'une vie, il n'y a quasiment pas de temps d'invincibilité. Vous pouvez donc très bien réapparaitre sur la trajectoire d'une balle et perdre à nouveau un précieux essai. Notons également que la courbe de progression est très mal calibrée. On alternera souvent entre des phases difficiles auxquelles succèderont des passages bien plus aisés. Pareil pour les affrontements de fin de niveaux  qui alternent un boss facile, un boss difficile, un boss facile, etc... Je me demande encore ce que Paco Loco fout en avant-dernier boss, c'est le plus facile de tout le jeu !!

En conclusion, un bon run 'n' gun mais qui pêche malgré tout par un certain laxisme dans l'adaptation, certes bien moins présent que sur Megadrive, mais on ne peut nier que le jeu aurait pu être bien meilleur. Quand on voit d'autres perles sur la console de Nintendo comme Super Probotector ou Sparkster, je ne peux m'empêcher de penser que Sunset Riders n'a sans doute pas bénéficié à l'époque de toute l'attention nécessaire de la part de Konami. Il reste un jeu très sympa à faire, ne serait-ce que pour son ambiance Western si rare dans le jeu vidéo, et pour ses très bonnes musiques.

----------------------------------------------------------------

#RenderingRanger :  Ca y'est, je l'ai enfin fait ce jeu pour lequel certains sont prêts à sacrifier presque un SMIC. Que vaut-il au final ?

Tout d'abord, les premiers instants m'ont laissé froid. La bande-son du premier niveau est minimaliste et sans talent, quasi-inexistante. Les ennemis eux-mêmes manquent cruellement de charisme et on peine à reconnaitre une "patte graphique" à l'ensemble. Cela sera le principal défaut de Rendering Ranger : le manque parfois flagrant de personnalité dans le design général et dans les idées. Le héros lui-même n'a aucune originalité : c'est juste un soldat assez moche avec un flingue, flingue qui pourra tirer de multiples manières selon les bonus qu'on ramassera. Tir laser, "spread shot", tir rebondissant, et tir rampant sur le sol et le plafond. Chaque arme disposera cependant d'une super-attaque différente disponible pour autant de capsules chargées que le personnage possède ; ces dernières se rempliront à nouveau avec le temps, si bien qu'on n'hésitera pas à les utiliser dans les moments difficiles.
Et ces moments ardus seront légion. Le jeu ne pardonne pas, et les derniers stages font preuve d'une difficulté parfois monstrueuses, avec certains passages qui semblent ne pas avoir été correctement testés tant il semble impossible de ne pas se faire toucher, voire de perdre une ou deux vies. Heureusement, le jeu dispose d'un système de passwords qui vous permettront de continuer l'aventure à l'envie. Le jeu, de plus, est finalement assez long pour le genre et compte tenu de l'époque. Avec une bonne dizaine de stages longs et ardus, on en a pour notre argent (ouais... Enfin, façon de parler bien sûr ! ^^).

Finalement, même si le jeu est classique, le tout fonctionne très bien. Surtout que l'aventure se permet malgré tout une originalité de taille : celle d'alterner les phases de run 'n' gun avec des niveaux de shoot'em up purs et (très) durs. Et ce ne sont pas des petits niveaux bâclés placés comme ça, histoire de combler un creux entre deux stages, oooh non ! Ces phases de shmups sont longues, plutôt variées, très pêchues, avec des boss parfois monumentaux. Notons une petite originalité de gameplay : le vaisseau peut se retourner à l'envie, et donc tirer en arrière ; une petite friandise ma foi assez bien exploitée, surtout dans les derniers niveaux du jeu.

Mais la renommée de Rendering Ranger, au-delà de son prix astronomique, tient bien sûr à sa réalisation hors-norme pour de la SNES. Si le premier stage ne m'a pas foutu réellement sur le cul, il aura fallu attendre la fin du niveau 2 pour que je vois un vaisseau parfaitement animé en 3D, avec rotation s'il vous plait ! Tout bonnement impressionnant ! Et à partir de là, le jeu enchaîne les moments de gloire technique. Explosions, mode 7, rotations, sprites gigantesques, action sans AUCUN ralentissement malgré une surenchère d'effets spéciaux et d'ennemis à l'écran, textures à la "Silicon Graphics"... Ca n'arrête plus ! C'est tout bonnement une monumentale tarte dans la gueule, un point c'est tout.

Alors certes le jeu n'est pas le plus abouti au niveau du game design ou même de la construction des niveaux. Certes on aurait voulu des musiques bien meilleures. Certes la difficulté est parfois mal réglée. Mais putain on en prend plein la gueule, c'est fluide à en crever, ça pète de partout, et finalement on s'amuse plutôt pas mal. Au-delà de son prix tout à fait exorbitant, Rendering Ranger reste donc un jeu à faire (en émulation ou en cartmod, bien sûr) pour découvrir ce que la SNES avait dans le ventre et ce que certains génies de la programmation étaient capables de faire dessus. Comme on dit, "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !".

----------------------------------------------------------

- #EVO : Search for Eden :  EVO est un petit ovni vidéoludique comme les consoles 16bits pouvaient parfois en proposer. Le concept est pour le moins accrocheur, jugez plutôt. Gaia, fille du Soleil, a pour mission instaurée par son père de sélectionner une créature qui, survivant à toutes les affres de l'évolution, à toutes les difficultés de la Nature, aura su prouver qu'elle est à même de régner sur la Terre et de diriger le monde vers un avenir prospère.

Dès lors, le jeu commence alors qu'on incarne un tout bête poisson. Il faudra alors bouffer quelques méduses et autres petites créatures sous-marines pour engranger quelques Points d'Évolution (PE). ces derniers pourront alors être dépensés pour augmenter, au choix et de manière individuelle, chacune des parties du corps de l'animal. On pourra opter pour une mâchoire plus puissante, des cornes, une peau plus résistante, un cou plus long, une queue plus développée, etc... Chaque choix s'accompagnera d'un changement esthétique visible. Et dès lors, le charme opère. On se plait à vouloir faire évoluer sa bestiole, à lui coller un cou de cheval avec une tête de chat et des pattes de rhinocéros. On veut découvrir ce que le jeu nous réserve comme autres transformations, surtout que l'aventure est séquencée en chapitres qui, à chaque fois, nous font commencer dans la peau d'un nouvel animal caractéristique des grandes époques de l'évolution. Poisson, puis amphibien, mammifère, etc...
Le jeu, de plus, est assez joli et coloré, et les sprites ont un rendu cartoon plutôt rigolo. Le jeu ne se veut pas pédagogique, loin de là, on est juste là pour s'amuser et faire grandir sa p'tite bestiole jusqu'au bout, pour pouvoir enfin affronter les vilains tyrannosaures avec la puissante mâchoire qu'on aura installée sur notre "Tricératopso-Lynx-Rex". Le scénario, de plus, assez mystérieux, se permet de nombreuses fantaisies. On croisera ainsi des aliens, des tritons, des hommes-oiseaux doués d'intelligence. C'est bien, cela évite de sombrer dans une progression trop convenue car trop sérieuse et connue de tous. De plus, le jeu a son lot de petites secrets assez sympathiques qui, s'ils ne changent pas fondamentalement le jeu, sont quand même très appréciables.

Et pourtant, le jeu n'est pas parfait. Loin de là même, tant il est perclus de défauts majeurs. On se rend vite compte que si les choix d'évolution sont somme toute assez multiples, certains seront mandataires pour espérer avancer. Au point que le processus d'évolution sera donc toujours le même pour le joueur désireux d'avancer : miser avant tout sur la mâchoire (force d'attaque) pour espérer tuer des créatures de plus en plus féroces, puis sur la peau ou carapace pour augmenter la défense. Ensuite, on peut bien sûr investir dans des meilleurs membres ou une meilleure queue pour s'assurer une meilleure mobilité. Mais grosso modo, on ne peut pas vraiment faire notre petite tambouille : il faudra investir dans les meilleures options de chaque catégorie, un point c'est tout. De plus, certaines évolutions sont complètement inutiles, à l'image des cornes qui vous permettent d'embrocher un ennemi en fonçant sur lui, mais qui se briseront après moins de 10 utilisations.
Le gros souci réside hélas dans le coeur du gameplay. Il faudra sans cesse bouffer les bestioles pour engranger les PE, faire attention à sa barre de vie (restaurée également en bouffant), et engranger ainsi les points jusqu'à plus soif pour améliorer ses caractéristiques et pouvoir ainsi progresser dans un niveau où les adversaires sont un peu trop retors. On bloque sur un des boss (d'ailleurs très cotons, au passage) ? Il faudra passer 15-20 minutes à faire des aller-retours épuisants dans un niveau pour tuer des bêtes, les bouffer, et recommencer. Et cela, sans arrêt !! Vous passerez bien, sans déconner, la moitié de votre temps de jeu (une quinzaine d'heures pour finir l'aventure) à "grinder" comme un porc dans d'épuisantes sessions, juste parce qu'il vous faudra une meilleure mâchoire ou de meilleures pattes.
Et si encore le tout était parfaitement fichu... Mais non ! Les hitboxes sont complètement foireuses ! Vous ne comprendrez souvent pas pourquoi un ennemi vous touche, et inversement, et certains affrontements pourront vite virer au n'importe quoi bourrin. Notons aussi qu'il n'y a aucune période d'invincibilité entre 2 coups, et que vous pourrez très facilement vous prendre 3 attaques d'affilée sans pouvoir réagir. Face à des boss qui vous retirent le tiers de la vie en une morsure, piqûre, ou griffure, le calcul est vite fait.
Enfin, la bande-son a de bons moments. Mais certaines pistes, assez nombreuses qui plus est, sont tout bonnement inaudibles. Ainsi, vous aurez la "joie" d'entendre des partitions insupportables composées parfois de 9 notes ! Et même parfois, 4 !!! Oui, 4 notes qui repassent en boucle, sans cesse, j'ai compté ! Alors autant vous dire qu'entendre ceci lors d'une séquence d'engrangement de PE de 20 minutes vous amènera parfois au bord de la folie ! C'est dommage car, vers la fin du jeu, on traversera certaines zones où seuls les bruits d'ambiance composeront la bande-son : glouglou de l'eau, cris d'animaux dans la jungle, criquets, etc... On s'y croirait vraiment, et cela servait très bien le jeu et son univers. A tel point que le jeu aurait sans doute revêtu une ambiance bien plus magique et immersive si ce choix s'était retrouvé généralisé dans tout le soft.

Malgré ces défauts, EVO a cependant l'atout de son concept et de son univers. Le jeu a un charme indéniable, hypnotique, qui donne envie d'avancer. C'est un jeu qu'on ne regrettera sans doute pas de faire, ne serait-ce que pour satisfaire sa curiosité, et parce qu'aucun autre jeu comme celui-ci n'existe sur les 16bits de l'époque. En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé et en garderai un bon souvenir, malgré ses trop gros défauts.

---------------------------------------------------------

- #ActRaiser : Bien que j'ai ce jeu (et sa suite) dans mes étagères depuis un sacré moment, ce n'est que ces derniers jours que j'ai enfin décidé de m'y frotter. Et j'ai vraiment adoré, c'est pour moi un très bon jeu et quasiment un incontournable de la console.

Tout d'abord, le jeu a de la gueule. Une sacrée esthétique classe et bien léchée, dans un univers mythologique, très souvent biblique, où l'on croisera toutes sortes de créatures superbement dessinées, et très variées. Les décors ne sont pas en reste, avec des couleurs très bien choisies et des zones variées (pyramide, désert, grotte, forêt...). Il faut noter que chaque zone quasiment apporte son lot de nouveaux ennemis ; quelque chose d'assez rare à cette époque pour être signalé. Ces graphismes jolis (bien que perfectibles, nous sommes aux débuts de la console après tout...) sont magnifiés par une bande-son superbe, composée par l'illustre Yuzo Koshiro. Bref, on est à fond dedans, l'immersion est complète, l'envie d'avancer s'en ressent.
Mais cette immersion ne serait rien sans le scénario du jeu. Le monde est en ruines à cause de Tanzra, un puissant démon (qui n'est autre que Lucifer dans la version japonaise). Vous incarnez alors le Maître (Dieu dans la version japonaise) qui, épaulé par un chérubin, aura pour rôle d'occire les démons ayant pris place dans les terres de ce monde. On survole alors une mappe-monde dans notre palais céleste, aidant les peuples du dessous à se développer.

Et c'est là que le jeu apporte son originalité, bien connue compte tenu de la notoriété du titre. Si l'aventure propose bien évidemment des niveaux classiques de plate-formes/action, il faudra aussi composer entre ces derniers avec une véritable partie gestion, un peu à la Sim City (en très light). Il faudra donc aider les civilisations à prospérer, ceci en leur donnant des directions à suivre pour l'expansion des villes. On contrôlera alors le chérubin qui, armé de son arc et ses flèches, devra repousser dans une phase à la shoot'em up les démons qui tenteront de freiner l'évolution de ces peuples. Que permet alors cette gestion ? Tout simplement d'augmenter les HP de notre personnage, de trouver des magies cachées que l'on pourra utiliser dans les niveaux d'action, et bien sûr de débloquer ces niveaux.
C'est génial, on se sent vraiment dans la peau d'un Dieu qui supervise sa Création et qui doit résoudre les problèmes de l'Humanité. On aura d'ailleurs souvent quelques petits imprévus comme des épidémies à gérer, des famines, des guerres... On devra aider d'autres peuples, lesquelles feront une découverte ou donneront un objet qui permettra de débloquer la situation. Alors oui, objectivement tout cela n'est pas grand chose. Mais cela concourt au final à nous impliquer dans le sort du monde qui nous est affilié. Il en résulte une alchimie agréable entre ces phases où l'on se préoccupera de nos gens, et celles plus classiques où l'on ira défourailler du monstre. Cette alternance entre des phases de pur "gaming" et d'autres un peu plus posées confère au jeu un rythme plaisant. Lorsqu'on commence à se lasser quelque peu d'une certaine phase, l'autre arrive enfin pour offrir un peu de variété dans le gameplay.

Le jeu, globalement, est assez difficile. Les boss sont assez retors avec des patterns parfois bien trop difficiles à éviter. On se contera parfois, hélas, du fameux "Je tape à fond en rentrant dans le lard en espérant que sa vie s'essouffle avant la mienne". Et bien souvent, cela passera. Encore plus avec une magie que l'on récupèrera dans le premier tiers de l'aventure et qui s'avèrera carrément surpuissante et cheatée ; à utiliser avec parcimonie pour se réserver une part de challenge ! La mise en scène de certains affrontements, toutes proportions gardées compte tenu de l'époque bien sûr, est parfois fantastique. Comme lors de ce combat sur la cime enneigée d'un arbre contre un somptueux dragon de glace. Ou bien le difficile combat final, avant lequel nous n'échapperons pas au traditionnel mécanisme de gameplay qui nous oblige à re-friter chaque boss dans des versions plus fortes...

En gros, ActRaiser est vraiment un jeu avec une très forte identité visuelle et auditive, et un mix de 2 types de gameplays joliment orchestré. Je recommande à fond ! Et puis le bruit entendu lors de nos coups d'épée est très addictif : wosssshhh, wossshhh ! Very Happy

--------------------------------------------------------

- #ActRaiser 2 :  Après tant de plaisir sur le premier épisode, je ne pouvais pas passer à côté du jeu. Et cela quand bien même je savais pertinemment que ce 2ème épisode occulte la principale originalité de son aîné : les fameuses phases de gestion. On se retrouve donc avec un "simple" jeu de plate-formes/action où les niveaux s'enchaînent traditionnellement. C'est dommage, évidemment, car le jeu perd en identité pour se confondre dans la masse de tous les autres jeux du même type qui pullulaient alors sur 16bits.
Il faut savoir qu'à cause de cela le jeu se traîne une très mauvaise réputation sur l'Internet. Si vous allez faire un tour sur Gamefaqs, vous verrez que le jeu se paye dans les avis des joueurs des notes extrêmement basses pour des critiques assassines. Ceci couplé à une difficulté réputée comme "insurmontable" font de ActRaiser 2 un jeu honni. Mais la pertinence des critiques sur le net étant ce qu'elle est, on est en droit de douter de la véracité de ces avis souvent effectués sur un coup de colère, non ?

Alors oui, on ne peut nier que ActRaiser 2 n'atteint pas le niveau du 1. Bien sûr, comme il a été dit, le jeu sombre dans un classicisme assumé quand le premier épisode apportait du sang neuf. Les défauts ne s'arrêtent hélas pas là. Le personnage (dont le sprite a évolué pour ressembler à une sorte de gladiateur angélique) est extrêmement lent ! Là où le premier permettait de contrôler un héros somme toute agile et rapide, le deuxième ActRaiser nous met dans la peau d'un véritable gastéropode sur pattes ! Par pitié, fuyez comme la peste la version en 50Hz et rabattez vous sur une version US ou Jap, ou bien jouez sur une console moddée !

Hormis cette lenteur exaspérante, la gestion des sauts est très problématique. Maintenant que le héros est affublé d'une paire d'ailes, les développeurs ont jugé bon de lui donner de nouveaux mouvements. Ainsi, le Maître peut planer sur une longue distance, attaquer en piqué, ou ralentir sa chute. Si cela sonne bon à l'oreille, il en est autrement une fois dans le jeu. Il faut savoir qu'une double pression sur le bouton de saut fait illico partir le personnage en vol plané à la quasi horizontale. Dès lors, pendant des passages nécessitant de "double-sauter", la maniabilité se verra compliquée par ce choix de gameplay. Il ne sera en effet pas rare de rager quand, lors de sauts nécessitant une précision d'orfèvre, notre guerrier angélique partira à vaudeville dès la seconde pression sur le bouton de saut effectuée. Alors on peut "freiner" le vol plané par une pression sur "Haut" pour descendre tout doucement à la verticale, mais vous avouerez que ce n'est ni pratique ni instinctif. Ajoutons le fait que l'atterrissage après un vol plané vous laisse une petite seconde vulnérable à moins d'avoir effectué une descente en piqué, ce qui vous laissera bien souvent à la merci d'attaques impromptues.
Bref, des contrôles assez mal pensés qui ne s'arrêtent pas là puisque le système de magies a lui aussi été changé. Il faut dorénavant maintenir la touche d'attaque pendant 3-4 secondes jusqu'au clignotement du perso. Et, une fois le bouton relâché, selon le mouvement effectué, la magie sera différente. Par exemple en sautant en vol plané, ou en se baissant, ou en restant sur place, etc... Autant dire qu'en plein combat contre un boss sortir une magie du type "Je maintiens la touche 3 secondes, je saute, je fais un vol plané, puis j'appuie sur la touche Bas pour faire l'attaque en piqué, puis enfin je relâche le bouton" sera tout sauf aisé. C'est loin d'être impossible, mais c'est hélas bien peu intuitif.
Notons quand même un ajout de gameplay intéressant puisque le personnage est cette fois-ci équipé d'un bouclier qui lui permet de parer certains projectiles. On peut même se protéger vers le bas, ou en haut, et cette capacité est souvent mise à contribution. N'oublions pas non plus que l'on peut porter des coups d'épée vers le haut pour des combats un peu plus tactiques ; ce n'est pas un mal.

Alors est-ce un mauvais jeu ? Absolument pas, heureusement. Car si le tout se révèle classique et si certains aspects du gameplay sont quelque peu ratés, le jeu conserve déjà son ambiance si particulière. Non seulement la bande-son (toujours composée par Yuzo Koshiro) est toujours d'aussi bonne facture, mais les graphismes atteignent un niveau tout juste magnifique et même parfois phénoménal. ActRaiser 2 peut en effet se vanter d'être l'un des plus beaux jeux de la machine, et certains décors vont carrément vous laisser sur le cul. D'autant plus que l'aventure proposera des environnements très variés et assez originaux, tels qu'un château en or, une ville sous-marine, ou la mythique Tour de Babel. Certaines prouesses graphiques à base de déformations et autres effets de transparence seront très bien utilisés, et on se plait ainsi à vouloir découvrir le prochain niveau, juste pour en avoir plein les mirettes.
Et qu'en est-il de cette difficulté tant honnie par les joueurs sur le net ? Hé bien il faut savoir que la version européenne du jeu comporte 3 niveaux de difficulté : Normal, Hard, et Expert. Or, la version US propose quant à elle le choix entre Easy, Normal, et Hard. Cependant, le mode Easy de la version US correspond à notre mode Normal, et ainsi de suite pour les autres options de difficulté. Jusque là, cela ne changerait pas grand chose, sauf que jouer en Easy (donc sur la version US) ne vous permet pas d'aller jusqu'à l'affrontement final contre Tanzra). Il faut donc jour en Normal... ce qui équivaut à notre mode Hard !! Autant dire que le jeu étant déjà assez corsé en Easy/Normal, devoir y jouer en Normal/Hard pour profiter de l'intégralité de l'aventure est sans doute la cause de trop grandes crises de nerf, ce qui explique sans doute pourquoi ActRaiser 2 fut à ce point fustigé. Quoiqu'il en soit, si l'on s'en tient à la version PAL, le jeu en "Normal" reste très accessible, malgré bien entendu quelques passages et boss extrêmement crisants. Mais il ne faut pas pousser non plus, on est très loin du niveau de sadisme d'un Ghouls 'n' Ghosts !

En conclusion, ActRaiser 2 est nettement en-dessous de son aîné, mais cela n'en fait pas un mauvais jeu pour autant. Si ce deuxième volet n'est plus qu'un "bête" jeu de plate-formes/Action, si l'on perd l'immersion instaurée par le premier épisode, et si le jeu est beaucoup plus lent, il n'en demeure pas moins qu'on est en face d'un excellent titre. Superbe dans son esthétique, dans son ambiance, dans ses prouesses graphiques, proposant de très nombreux boss dans des environnement divers, et finalement très amusant à jouer une fois qu'on réussit à se dépatouiller avec le vol plané. Je recommande chaudement, mais jouez-y en connaissance de cause : cela ne sera pas du niveau du 1.

110 Re: Vos jeux finis en 2016 le Jeu 1 Déc 2016 - 14:33

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

He beh dis donc, t'as pas chômé. ^^

T'as vu la puissance technique d'un jeu SNES entièrement réalisé en assembleur, qui plus est par un seul gars (Manfred Trenz, le papa de Turrican) ? ça claque hein.

http://paderetro.com/

111 Re: Vos jeux finis en 2016 le Jeu 1 Déc 2016 - 15:22

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Je retrouve le plaisir de ces jeux rétro qu'on peut sucrer en 2-3 jours voire moins, sans se forcer. Du coup j'ai complètement lâché Metal Gear Solid 5 : trop long, trop creux, trop éparpillé, trop.... "trop". Je pense que je le vendrai sans tarder.

Pour Rendering Ranger, il est clair que la prouesse technique force le respect. Et le gameplay, bien que classique, reste très plaisant. Si on avait eu des musiques dignes de ce nom, on aurait vraiment eu le hit en puissance.


Sinon j'ai oublié 3 autres jeux SNES terminés ces derniers jours : Super #Castlevania 4, Castlevania Vampire Kiss, et #ArdyLightfoot. Mais bon, ça ira pour l'instant pour les avis.
J'ai juste trouvé que Super Castlevania 4 est très surestimé tant son level design est souvent mal adapté aux possibilités de gameplay. Et accessoirement, je le trouve quand même sacrément laid par moments (cette surabondance de marron et de gris, beurk).
Vampire Kiss, pas extra non plus. Joli mais assez creux et répétitif. Sympa quand même, tout comme Super Castlevania 4 d'ailleurs, mais loin d'être parmi les meilleurs jeux de la console. Et puis ce boss de fin complètement pète-couilles, du grand n'importe quoi !
Ardy Lightfoot enfin, bof bof. Maniabilité moyenne, design moyen, niveaux peu inspirés, approximation des hitboxes, quasiment pas d'ennemis (et toujours les mêmes d'ailleurs !). Rigolo à faire une petite fois histoire de, puis on le range et n'y touchera plus jamais.

112 Re: Vos jeux finis en 2016 le Jeu 1 Déc 2016 - 22:10

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

MGS V, imo, faut juste tracer sans faire de trucs annexes, ça n'apporte rien.

Je vais me permettre de revenir un peu sur ton avis pour ActRaiser 1/2. Pour contextualiser mon avis, j'ai commencé par le 2 car je l'ai depuis que je suis gosse. je l'ai toujours trouvé hyper dur (mode normal) quand j'étais petit et ce n'est que l'année derniére (ou celle d'avant) que je l'ai terminé (en normal). Je n'ai fait le 1 que cette année justement pour voir un peu à quoi ressembler le 1er opus sans rien connaître de ce dernier.

----------------

Pour ActRaiser 1, je trouve justement que ce qui fait sa différence, à savoir la partie simcity est aussi son plus gros défaut. Au premier abord, j'ai trouvé le concept trés sympa mais aprés avoir fait ça 2/3 fois, j'ai trouvé ça trop chiant et trop long. L'idée de base est trés bonne, mais c'est pas assez poussé pour être interessant de le refaire pour chaque zone.

Au bout d'un moment je voulais juste enchainer les niveaux et arrêter cette phase simcity beaucoup trop redondante. En plus, ne pas pouvoir rapidement faire des actions à cause des boites de dialogue qu'il faut relire à chaque fois c'est super chiant. En même temps c'est pas illogique au vu de l'époque, mais ça n'empêche que ça casse trop le rythme de jeu alors que l'intêret de ces phases est limitée en terme de fun.

A contrario de toi par contre, j'ai trouvé ActRaiser 2 plus simple que le 1. Le dernier niveau du 1 étant, je trouve, hyper difficile en devant enchainer les boss. Dans le 2 il y a la même chose, mais je trouve les boss beaucoup plus simple, de trés loin. Par contre le dernier boss est plus simple dans le 1 que dans le 2, je trouve.

Ils n'ont pas repris le système de simcity dans cet opus et franchement tant mieux, car s'il n'y avait ps eu de changement, je préfère ne pas avoir à jouer ces phases qui au final plombe plus qu'autre chose le jeu.

Pour ce qui est du gameplay, j'y suis habitué depuis tout petit donc il ne me dérange pas plus que ça, même si la lenteur du personnage est pas évidente du tout à gérer.

--------------

Au final je préfère le 2 au 1 car il se concentre sur la phase de jeu réellement intéressante, même si pas originale, avec un gameplay plus développer, dans un univers plus jolie (j'aime bien la DA de ce jeu) avec une trés bonne ambiance sonore.

------------

+1 pour Super Castlevania IV, c'est sympa mais ça déboîte pas des masse non plus.
Vampire Kiss j'aime pas du tout les sauts donc je me suis arrêté au niveau 2 ou 3, donc je pourrai rien dire dessus.

113 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 5:28

Fellock

avatar
Maudit du Forum

#Ori and the Blind Forest sur XBox One : un des jeux qui m'ont donné le plus envie d'avoir une XBox One et certainement mon jeu de l'année. Il a presque tout pour plaire. La bande son est fantastique avec des musiques appropriées aux niveaux et aux situations. Techniquement, on en prend plein les mirettes, c'est beau et la DA est à tomber.
Mais le plus important se situe au niveau du gameplay. Notre personnage débloque des compétences vraiment sympas, et le level design est conçu pour qu'on puisse s'y déplacer à notre guise, de plusieurs façons différentes, en fonction des compétences que l'on utilise. Quand j'ai refait l'arbre Ginzo et que j'ai constaté que l'on pouvait retourner au sommet de manière "moins épique", j'étais sur le cul de voir à quel point les développeurs avaient pensé à tout. J'ai fini le jeu à 100 % en 14 heures (en prenant bien mon temps).

Gears of War 4 sur XBox One : un autre jeu qui m'a poussé à l'achat de la console. Je l'attendais depuis un moment, et je n'ai pas été déçu. Ca reste du Gears, donc on est tout de suite en terrain connu. Après un premier acte un peu mollisson, les choses se décantent, et on passe un très bon moment. C'est fun, il y a beaucoup d'actions et c'est joli (même si Uncharted 4 est déjà passé par là pour la baffe graphique). Bref, je me suis bien éclaté en difficulté "vétéran".
Mention spéciale pour les boss très sympas à affronter, en particulier celui avec les croûtes.



PS2 :
-Dynamite Deka

PS3 :
-Mamorukun wa norowareteiru!
-Super Street Fighter 2 Turbo HD Remix
-Castle of Illusion HD

PS4 :
-Gal Gunvolt
-Uncharted 4 (Hard)

NDS :
-Puzzle Quest 2
-Gegege no Kitarô: Yôkai Daigekisen
-Aliens Infestation
-Contra 4 (easy)
-Monster Tale (100 %)

N3DS :
-Shantae and the Pirate's Curse
-Zelda Twilight Princess Picross
-Empire of Steel

WiiU
-Star Fox Zero

XBox 360
-Doritos Crash Course
-Ikaruga
-Deadlight
-Hard Corps Uprising

XBox One
-Ryse: Son of Rome
-Ori and the Blind Forest
-Gears of War 4

114 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 7:55

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

@Emeldiz : Je comprends tout à fait ton point de vue, et tu n'as pas tort sur de nombreux points. Cela dit, je trouve qu'enchaîner les niveaux de plate-formes, même s'ils sont bien entendu le gros morceau des ActRaiser, provoque finalement une certaine lassitude. On joue un peu machinalement, un niveau en chassant l'autre, ceci jusqu'au dénouement final. Si les phases de gestion n'étaient certes pas des plus abouties et pouvaient lasser, elles apportaient quand même un petit peu d'immersion (comme je l'ai dit). de plus, je trouve que le système d'évolution du personnage, très bien trouvé et qui a disparu du 2, ajoutait quant à la surprise et au plaisir de débloquer des capacités. Une nouvelle magie, un pan de vie en plus, une région débloquée... Tout ceci disparait dans ActRaiser 2 pour donner un personnage non évolutif, qui restera le même du début à la fin (enfin... sauf pour le combat final... on se comprend ! ^^).
ActRaiser premier du nom, c'est un peu le paradoxe du gameplay des RPG traditionnels. Même si tu apprécies à fond les donjons et les combats, tu es content d'avoir quelques sections un peu plus posées pour parler aux gens, acheter de l'équipement, te balader, tout ça... Et enfin, quand cela commence à te gonfler, tu repars pour des segments de jeu plus "actifs". ActRaiser 1, dans une certaine mesure, c'était un peu ça : on te construisait un désir d'avancer là où le 2 te sert tout sur un plateau.
Il n'empêche que les 2 sont d'excellents jeux. Pour avoir écouté les OST des 2 épisodes, je trouve même que le 2 a généralement une meilleure bande-son. Pour ce qui est de la difficulté, je suis bien d'accord pour dire que le 1 est trop difficile sur la fin avec ces boss qu'on doit combattre à la file et pour lesquels certaines attaques sont tout bonnement impossibles à éviter (le Minotaure, le dragon de glace...). En revanche, pour ma part j'ai trouvé le combat final du 2 très facile. Ca m'a surpris, d'ailleurs, car le pattern des attaques du boss est très vite décelable et fixe, contrairement aux autres boss du jeu.
Au final, puisqu'on parle aussi des Castlevania de la SNES, je trouve que les ActRaiser leur sont carrément supérieurs. Graphismes, jouabilité, durée de vie, design, même les musiques bien plus symphoniques pour la série d'Enix. Je pense que Super Castlevania 4 bénéficie bien trop d'un capital nostalgique qui voile le regard des joueurs.

Allez, une petite musique tirée du premier ActRaiser. On pourrait d'ailleurs jurer qu'elle vient d'un Castlevania, c'est assez rigolo !

115 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 9:55

wiiwii007

avatar
Cerbère de la Manette

Merci pour tes avis MacGregou.

Je suis dac avec toi pour le Actraiser 1 que je trouve tout simplement génial. Perso j'ai beaucoup aimé les phases de gestion, je trouve comme toi que ça apporte un plus à l'immersion, et puis j'adore la petite musique de ces phases.

Le 2 je ne le connais pas, mais j'ai entendu pas mal de choses dessus (tout et son contraire) donc merci pour ton avis !

En revanche le Castlevania IV je n'ai pas du tout eu le même sentiment que toi. Pour l'histoire, je ne l'ai pas vraiment connu à l'époque, donc pas de nostalgie. Je l'ai terminé il y a peu et je trouve qu'il déboîte bien comme il faut, plus que ce que j'imaginais (tout l'inverse de toi ^^). D'ailleurs c'est justement sur le point du gameplay que je suis surpris, le level design n'exploite pas les capacités du perso ?

Tout le long du jeu justement on te demande d'utiliser ton fouet à toutes les sauces : frapper en haut, en bas, le mettre en protection, se balancer, rester accrocher, laisser pendre pour tuer un monstre en mode furtif etc. si tu ajoutes à tout ça la seconde arme, c'est top ! C'est quoi qui t'as déplu au juste ?

Sinon oui les Castlevania 8/16 bit ne sont jamais très beau, j'ai toujours trouvé le choix des couleurs assez pourri dans cette licence. (Si tu tentes l'aventure sur la 64, tu risques de péter un boulard pour les couleurs... ^^) J'espère que tu y as joué en RGB car ça fait réellement la différence. Et certains niveaux sur la fin sont quand même très jolis/intenses niveau graphisme/immersion (l'or, la grotte, la salle des tortures etc.), avec les musiques qui te mettent à fond dans le délire, j'ai kiffé à bloc !

Bon en même temps c'est mon opus préféré.

116 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 10:05

Oli

avatar
Cerbère de la Manette

@MacGregou a écrit:
- Ninja Warriors :

Au final, donc, un très bon soft sur lequel je reviendrai facilement quand j'aurai une ou deux heures à tuer, tant on s'amuse avec.

J'avais adoré à l'époque, pas rejoué depuis. Je suis content de voir qu'il a bien vieilli Thumleft

@Fellock a écrit:Ori and the Blind Forest sur XBox One : un des jeux qui m'ont donné le plus envie d'avoir une XBox One et certainement mon jeu de l'année. Il a presque tout pour plaire. La bande son est fantastique avec des musiques appropriées aux niveaux et aux situations. Techniquement, on en prend plein les mirettes, c'est beau et la DA est à tomber.
Mais le plus important se situe au niveau du gameplay. Notre personnage débloque des compétences vraiment sympas, et le level design est conçu pour qu'on puisse s'y déplacer à notre guise, de plusieurs façons différentes, en fonction des compétences que l'on utilise. Quand j'ai refait l'arbre Ginzo et que j'ai constaté que l'on pouvait retourner au sommet de manière "moins épique", j'étais sur le cul de voir à quel point les développeurs avaient pensé à tout. J'ai fini le jeu à 100 % en 14 heures (en prenant bien mon temps).

Autant GEARS ne m'intéresse pas trop, mais le ORI... Merci pour ton retour. Je le prendrai peut-être en boîte sur PC - même si j'imagine qu'il est lié à un compte Steam, et donc que bref voilà j'ai fini je m'en vais tant pis.

https://jeux.dokokade.net/

117 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 10:32

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

@wiiwii007 a écrit:D'ailleurs c'est justement sur le point du gameplay que je suis surpris, le level design n'exploite pas les capacités du perso ?

Tout le long du jeu justement on te demande d'utiliser ton fouet à toutes les sauces : frapper en haut, en bas, le mettre en protection, se balancer, rester accrocher, laisser pendre pour tuer un monstre en mode furtif etc. si tu ajoutes à tout ça la seconde arme, c'est top ! C'est quoi qui t'as déplu au juste ?


Je ne trouve pas, au contraire de toi, que la capacité de pouvoir s'accrocher avec le fouet est bien utilisée. Il y a tout au mieux une dizaine de passages où on te demande de faire ça, et ce n'est jamais transcendant. Les seuls que j'ai retenus sont le moment où une salle pivote, et l'autre où l'on doit s'accrocher sur les poulies d'un ascenseur. Un jeu comme Earthworm Jim, qui a certes copié Castlevania pour le fouet, utilise quand même cette capacité de bien meilleure manière et avec plus de vivacité. Sans compter le bruit qui claque vraiment et rappelle un vrai fouet.
Mais hormis cela, c'est très rigide, avec une animation absolument pas naturelle. D'ailleurs, ces soucis d'animation pure et dure du personnage sont pour moi un problème qui aurait facilement pu être évité. Simon a l'air d'avoir un balai dans le cul pour chacun de ses mouvements, je trouve qu'il n'a absolument pas de classe. Par exemple, le fait de pouvoir maintenir le bouton d'attaque pour faire virevolter le fouet est une bonne idée, mais mon Dieu que c'est moche à l'écran !! Ils auraient au moins pu dessiner le personnage dans une posture d'attaque ou de défense, avec son fouet virevoltant et faisant un bruit un petit peu mieux que ce "cling cling" de chaînette à pendentif. Ca manque clairement de pêche, et comparé à un ActRaiser où le personnage dispose quand même d'une classe folle dans ses postures, ça fait réellement pitié.

Pour ce qui est du level design qui n'exploite pas les capacités du personnage, je pensais surtout aux ennemis qui ne sont pas placés judicieusement quand on prend en considération les différentes possibilités d'attaque de Simon. Par exemple, il est commun de trouver une "Axe Armor" au-dessus de nous, laquelle ne fait que balancer des haches en face d'elle. Or, Simon pouvant choisir l'orientation de ses coups, il suffit de l'attaquer par le dessous en envoyant le fouet en diagonale. Et ce genre d'exemples, ça pullule dans le jeu !! Il y a des passages complets qui sont ainsi mal pensés, rendus trop faciles car proposant des ennemis placés un peu au hasard. Sans oublier que les squelettes reviennent un peu trop souvent en tant qu'ennemis ; ça manque de diversité (dans le Vampire Kiss, c'est la même chose mais avec les soldats lanciers).

Pour les graphismes, je ne vais pas revenir dessus mais, même en considérant qu'il s'agit des débuts de la SNES, c'est quand même loin d'être fin et détaillé. Les teintes vertes et marrons dépeignant les arbres au début du jeu m'ont presque fait penser à ce qui se faisait sur Amstrad avec Cauldron !
Reste qu'il y a effectivement de jolies idées de décors, comme la caverne aux trésors. Heureusement que les musiques de très bonne facture sont là pour contribuer à l'ambiance, car les graphismes n'aident vraiment pas. C'est un bon jeu avec assez de niveaux et de contenu pour ne pas se sentir floué, mais pour moi il a sans doute très mal vieilli.

A part ça, je me lance dès ce soir dans le Legacy of Darkness. Je te conseille pour ma part les 2 épisodes sur PS2, que j'avais beaucoup aimés (surtout le Curse of Darkness). Si tu cherches comme moi à tout récupérer dans chacun de ces jeux, tu vas adorer.

118 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 12:28

wiiwii007

avatar
Cerbère de la Manette

Tu compares un jeu délirant avec un jeu " sérieux " pour l'utilisation du fouet, c'est normal qu'il y ait une grosse différence. A mes yeux c'est un peu comme si on reprochait le silence (dans le son) d'un Castlevania face à une bande son bien rempli d'un Earthworm jim. Je te dirais oui c'est vrai, mais c'est normal et ce n'est pas un défaut. Après je suis dac qu'ils auraient quand même pu faire plus, on peut toujours...

En ce qui concerne les ennemis mal placés je te répondrais pareil que dans tous les jeux, les ennemis sont là pour se faire buter. Prend un Mario, la totalité des ennemis sont face à toi, arrivent tranquille en marchant, t'as qu'à leur sauter sur la tête ou par dessus lui.

Ce que je veux dire c'est que le but n'est pas de toujours mettre la misère au joueur, mais bel et bien de varier les défis.

Le fait de dégommer un squelette est jouissif parce qu'il explose, c'est ce plaisir là que tu dénonces, un peu comme lorsque l'on saute sur un ennemi dans Mario, c'est nul à exécuter mais c'est génial (le plaisir du ploc !). C'est en tout cas c'est comme ça que je le vois et comme ça que j'essaie de le mettre en pratique dans Mario Maker. ^^

Les ennemis bien placés et qui font rager, je pense que tu en as rencontré assez dans le jeu. C'est justement une des forces des Castlevania !

Je regarderai les Castlevania sur PS2, mais avant je dois me faire l'épisode PS1 et un ou deux autres opus sur portable il me semble.

119 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 14:01

CTJ

avatar
Limbo Hater
@MacGregou a écrit:- Ninja Warriors : des musiques qui, certes ne sont pas mauvaises, mais sont sans génie et ne se retiennent pas (bien que @Junkers ait choisi d'en sélectionner une dans le topic de la "sélection musicale des membres" ^^)

Moi aussi ! Je les aime bien les musiques ! Smile

Sinon je partage ton avis. Un beat'm all sur un seul plan c'est étonnant a priori et pourtant ça fonctionne très bien.


----------------------------------------------------------

- EVO : Search for Eden

J'étais resté bloqué au début du jeu quand j'avais essayé ... j'avais pas compris quoi faire. Il faudra que je réessaye ça !

---------------------------------------------------------

- ActRaiser

J'ai adoré à l'époque mais j'ai peur d'y jouer aujourd'hui ... J'imaginais vraiment que ça avait beaucoup vieilli et donc que je devais rester sur mon bon souvenir.

@MacGregou a écrit:Je retrouve le plaisir de ces jeux rétro qu'on peut sucrer en 2-3 jours voire moins, sans se forcer. Du coup j'ai complètement lâché Metal Gear Solid 5 : trop long, trop creux, trop éparpillé, trop.... "trop".

Idem. MGS V je le trouve super mais, comme beaucoup de jeu de cette gen', c'est beaucoup trop long avec beaucoup trop de contenu.

Je trouve que les objectifs secondaires sont tout à fait bienvenus (j'aime l'idée de refaire une mission sous un angle très différent, ça montre la qualité du jeu et du level design) mais ça devient écœurant à un moment ce contenu qui dégueule de partout.

120 Re: Vos jeux finis en 2016 le Ven 2 Déc 2016 - 23:27

skyllneverdie

avatar
Cerbère de la Manette

@fellock

je te rejoins sur ORI, je viens de le commencer... et que c'est beau, prenant, et se level design... pas sur de le faire à 100% en collectant tout... mais je cloturerai l'histoire c'est sur, il est vraiment sympa.

121 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 1:28

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Pas eu l'occasion de faire des longues sessions cette semaine, donc à peine commencé Skyrim. Du coup j'en ai profité pour faire les 3 mondes bonus de Mario 3D World et voir un peu ce que ça pouvait proposer.

Les niveaux sont plus corsés, toujours avec des bonnes idées en général mais comme dit précédemment, c'est pas ouf non plus. C'est du gameplay 2D standard avec du gameplay 3D basique à certains moments de jeux de plateforme, puis voilà.

Par contre je ne ferai pas le dernier monde, pas la motiv' de recup tous les trucs de chaque niveaux. D'autant plus que pour les obtenir ça demande surtout de bien fouiller plus que l'habilité, ce qui ne me tente pas du tout.

122 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 16:14

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Terminé #FURI sur PC.

Bien sympa, le jeu est un enchaînement de boss demandant de l'apprentissage de pattern + reflexe. Le gameplay est simple, se prendre trés rapidement en main et propose un bon challenge (mode normal).

le système de gestion des combats est assez original.

Notre vie représente 3 carrés, et les boss en ont entre 4 et 6 je crois. Chaque carré du boss représente une phase de jeu. Une fois qu'on lui fait perdre un carré, la difficulté augmente d'un cran, avec des nouveaux patterns et des nouvelles attaques.
De notre côté, si on perd un carré, on reprend la phase en cours à 0. On regagne un carré quand on réussi une phase.

Il y a des phases d'esquives, d'autres de combat rapproché. la derniére phase est toujours une phase de survie. le boss te bourrine et tu dois survivre jusqu'à pouvoir mettre le coup de grâce.

La musique et l'ambiance générale sont vraiment ok, on est bien das le combat. Le style graphique assez épurée est sympa aussi, j'ai bien accroché.

Les boss ne dure pas trés longtemps, permettant de jouer par petite session de 15 minutes sans trop de soucis.

Seul bémol, les 2 derniers boss moins sympa que les autres, c'est assez dommage. Il y a aussi le fait que le mode hard ne se débloque qu'en ayant terminé le mode normal, c'est hyper chiant ça, car j'ai pas envie de recommencer le jeu. Par contre en hard ça doit bien piquer.

En somme, si :
- vous aimez les boss
- l'apprentissage de pattern couplé aux réflexes
- par petite session de jeu
- avec un gameplay trés simple à prendre en main
=> Ne pas hésiter, c'est fait pour vous

123 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 16:17

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

@Emeldiz a écrit:Par contre je ne ferai pas le dernier monde, pas la motiv' de recup tous les trucs de chaque niveaux. D'autant plus que pour les obtenir ça demande surtout de bien fouiller plus que l'habilité, ce qui ne me tente pas du tout.

C'est dommage, j'aurais bien voulu que tu fasses le tout dernier niveau pour que tu nous racontes à quel point tu aurais crisé dessus.

124 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 16:29

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Files moi ta sauvegarde alors !

D'ailleurs ce serai bien pratique de pouvoir faire ça maintenant que j'y pense ^^

125 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 16:38

kurush

avatar
Possédé du Pad

#FinalFight Tough (SFC) 25.11.2016

Dernier de la série sur SFC, Final Fight Tough propose d'incarner 4 persos : Guy et Haggar (qui arbore maintenant un look gay-friendly assez particulier, avec un short moulant vert à bretelle et une longue natte) et 2 petits nouveaux, Dean aux pouvoirs électriques (pas très intéressant à jouer) et Lucia, la gonzesse de la bande, qui se bat essentiellement avec ses pieds.

Gros point positif du soft, les combattants disposent d'une panoplie de mouvements très large : combos, dash, projections, coups spéciaux (souvent à base d'arcs de cercle), et même une furie bien utile contre les boss (après avoir rempli une jauge de super). De ce côté là, rien à signaler, le gameplay est aux petits oignons ! Parmi les autres nouveautés, on peut jouer à 2 en simultané avec le CPU (même si ce dernier a tendance à faire un peu n'importe quoi). On trouve également des armes propres à chaque perso (Guy est un expert du nunchaku par exemple), et quelques embranchements que l'on débloque en détruisant des éléments du décor.

Graphiquement, le jeu tient parfaitement la route avec des décors léchés et très colorés, des animations fluides. Dommage que les stages soient assez communs et réservent peu de surprises au final... Le soft manque clairement d'ambiance et de rythme, et ce ne sont pas les musiques (souvent ratées, sauf peut-être celle du 1er stage, assez punchy) qui rattrapent le niveau...

Au final , ce FFT laisse un goût assez amer car si on ne peut rien reprocher à son gameplay (absolument parfait), on s'ennuie quand même un peu, en ne retrouvant jamais la magie du tout premier opus...













Deae Tonosama Appare Ichiban (SFC) 26.11.2016

Un jeu obscur typiquement japonais, produit par Sunsoft et sorti en fin de vie de la SFC (1995).

On y incarne en pleine période Edo 2 protagonistes très efféminés et assez ridicules, supposés libérer la terre d'une invasion extra-terrestre : Baka-Dono, un japonais qui se bat coup d'éventail, et Baka-Oji, un prince français lanceur de roses. Le genre du jeu change radicalement en fonction du perso que l'on choisit : plutôt beat them all avec Baka-Dono, plutôt run & gun avec Baka-Oji. Les persos disposent également de coups spéciaux (pas très pratiques à utiliser), de magies ninjutsu dont on choisit l'élément en début de partie (eau, air, feu, terre) et que l'on peut invoquer en récupérant des parchemins. Le jeu se distingue surtout par sa jauge "TGR" (Tonosama Great) que l'on peut déclencher dès qu'on obtient plus de 50% (on peut récupérer des %ages sur les ennemis). Notre héros se transforme alors en énorme tas de muscles body-buildé (qui n'est pas sans rappeler les icônes gays de la série Chô Aniki) qui détruit tout sur son passage. Si l'idée est plutôt sympa, le jeu devient alors beaucoup trop facile : en mode TGR, on ne fait qu'une bouchée des boss, d'autant plus qu'on ne perd pas de santé (si on se fait toucher, on perd seulement des %ages jusqu'à repasser en mode normal dès qu'on atteint les 0%). Dommage car le soft s'en trouve complètement déséquilibré...

Côté graphismes, ils sont plutôt réussis, sans être exceptionnels pour autant. Ils ont côté assez "réaliste" qui tranche avec l'univers complètement déjanté du jeu, sont vides et composés de teintes assez ternes... L'univers m'a également laissé mi-figue mi-raisin : si j'ai beaucoup apprécié les premiers stages typiquement japonais (dans les rizières, au milieu des temples shintoistes, etc.), la seconde partie de l'aventure m'a beaucoup plus laissé de marbre, en jouant à fond la carte des stéréotypes de chaque pays et tranchant complètement avec l'ambiance nippone : Inde, Muraille de Chine, France médiévale, et même un niveau spatial (WTF). Toujours dans la liste des regrets, dans chacune des 2 parties du jeu (la partie au Japon, et l'autre dans les pays étrangers), il est possible d'aller directement au stage qui contient tous les boss, sans passer par les 3 autres stages de chaque partie. Bizarre vous avez dit bizarre... Le jeu, qui n'est déjà pas difficile comme vous l'avez compris, propose également 2 niveaux bonus différents au choix pour chacune des 2 parties : un où on doit détruire des onigiri pour récupérer des vies (sans grand intérêt puisque les continues sont infinis), l'autre assez hilarant (où il faut copier les poses d'un body-builder) qui permet à sa jauge TGR de dépasser allègrement les 100%, rendant la progression encore plus aisée...

Au final, DTAP est un jeu correct, très rare mais dont le prix n'est pour moi pas justifié, sauf pour la collection évidemment (une belle bizarrerie japonaise comme il en existe tant !). Dans un genre similaire, privilégiez les 2 KiKi KaiKai ("Pocky & Rocky", surtout le premier d'ailleurs), même si leur cote commence à méchamment exploser...















126 Re: Vos jeux finis en 2016 le Dim 4 Déc 2016 - 16:53

bigvilo

avatar
Cerbère de la Manette

Faudrait que j'essaye ce FF Tough, j'avais fait le remaster du premier dans la compil' Capcom sur 360, à voir si le Tough est aussi bon.

http://jeuxcollector.fr/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 5 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum