Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Vos jeux finis en 2018
par tetsuoshima Aujourd'hui à 2:19

» Le topic de la Nintendo Switch
par Warhol Aujourd'hui à 1:05

» Les jeux de sport de glisse
par tetsuoshima Aujourd'hui à 0:49

» [Le coin de l'humour]
par Jon Aujourd'hui à 0:21

» Axiom Verge (2015 - 2017 en physique)
par ange_dechu_lucifer Hier à 21:27

» Vos derniers arrivages !
par CTJ Hier à 19:50

» [PS Vita] Les jeux avec une notice
par dandyboh Hier à 19:14

» Humour vidéoludique
par Esperluette Hier à 18:56

» Xenoblade Chronicles - New 3DS
par defskerus Hier à 17:55

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » L'enfer » Tests & Reviews » [TEST] Paper Mario et la Porte Millénaire

[TEST] Paper Mario et la Porte Millénaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Battosai14

avatar
Nintenwhore
 
 
Nous en parlions dans l'introduction de Paper Mario Sticker Star, Mario est un personnage emblématique de Nintendo d'une extrême polyvalence. Son parcours vidéo-ludique très atypique lui a permis de s’illustrer dans quasiment tous les genres existants comme bien évidemment la plate-forme, mais aussi le puzzle-game avec Dr Mario, le sport avec Mario Golf/Tennis/Football, la baston avec Smash Bros, la course avec Mario Kart ou encore les party-games avec Mario Party.
 
 
       
Jaquettes des jeux cités ci-dessus
 
  
Aujourd'hui nous allons parler d'un autre genre dans lequel le plombier moustachu de la firme nippone brille régulièrement, il s'agit du Role Playing Game / Jeu de Rôle (RPG).
Ce genre particulier est apparu au milieu des années 80 et est issu de son homologue papier, né quant à lui dans les années 70. Le premier et plus connu de ces jeux de rôle sur table est le célèbre Donjons&Dragons. Dans les années 80 commencent à apparaître sur micro-ordinateur des jeux de rôle occidentaux dont les premiers épisodes de la série Ultima qui constitueront l'un des premiers vrais succès de ce nouveau type de jeu.
 
 
Donjons&Dragons célèbre jeu de rôle papier et Ultima I
 
 
En 1986 Enix sort le premier épisode de sa série emblématique Dragon Quest, fortement inspiré des jeux de rôle sur micro-ordinateur. Ce premier opus (ainsi que les suivants) seront de véritables cartons au Japon, notamment grâce à l'ambiance du jeu et son charac-design signé Akira Toriyama.
Puis l'année suivante ce sera au tour de Square Soft de lancer le premier épisode de sa saga phare Final Fantasy. L'énorme succès de ces deux séries ouvrira la porte à de nombreux développeurs qui se laisseront séduire par ce nouveau genre comme Namco et la série Tales of, ou encore Tri-Ace et sa licence Star Ocean.
 
 
Quelques exemples de grandes séries du RPG 

Ces séries vont devenir tellement importantes qu'elles vont populariser ce nouveau genre sur console. Et au-delà de l'univers et du charac-design, c'est bien dans le gameplay que se démarquent les productions japonaises, au point qu'aujourd'hui on ne parle plus de RPG mais bien de J-RPG (RPG à la japonaise) pour les productions venues du pays du soleil levant. Actuellement, grâce aux très nombreuses productions de RPG sorties ces 30 dernières années, nous pouvons même recenser des sous-genres du RPG comme le Tactical-RPG (avec la série XCOM par exemple), l'Action-RPG (la série des Seiken Densetsu), les Donjon-RPG (la série des Etrian Odyssey) ou même les MMORPG - célèbres MEUPORGS  - (World of Warcraft) pour n'en citer que quelques-uns.
 


Jaquettes des exemples précédemment cités
 
 
Il était donc tout naturel que Nintendo tente sa chance dans ce genre si apprécié par les joueurs et c'est en mars 1996 que débarque sur Super Famicom un nouvel épisode de Mario intitulé Super Mario RPG Legend of the Seven Stars.
Ce jeu développé en partenariat avec Square Soft sera applaudi par la presse et les joueurs grâce à son univers et ses décors travaillés, son gameplay recherché, et ses compositions soignées signées de la sublissime Yoko Shimonura. (il est à ce sujet très surprenant de constater que depuis son départ de chez Square Soft, Yoko Shimomura a été choisie pour réaliser toutes les compositions des futurs Mario&Luigi, l'autre série de RPG de Nintendo).
 
 
 
Jaquettes japonaise et américaine de Super Mario RPG
 
 
Puis en 2000 (période durant laquelle BigN est en froid avec Square) c'est le studio de Nintendo Intelligent Systems qui nous propose une "suite" de Super Mario RPG sur la nouvelle console du constructeur, la Nintendo 64. Super Mario RPG 2 sera rebaptisé pour sa sortie Paper Mario, sa thématique "papier cartonné" tout comme son univers et son gameplay étant assez différents de l'épisode original.
Il est d'ailleurs intéressant de noter que bien qu'ayant quelques similitudes avec Super Mario RPG (notamment la recherche des étoiles et le gameplay aux combats nécessitant un timing pour les actions) l'épisode qui se rapproche le plus d'une suite est le premier opus de la seconde série de RPG de Nintendo : Mario&Luigi: Superstar Saga sorti sur GameBoy Advance en 2003.
Ce rapprochement peut se faire grâce aux nombreux petits indices cachés dans le jeu comme la présence du personnage de Geno ou la mention Square Enix dans les crédits.
 
 
  
Jaquettes des versions Nintendo 64 de Paper Mario

Paper Mario sur Nintendo 64 fut un énorme succès critique et l'un des meilleurs RPG de sa génération. Il était donc évident que Nintendo lance la production d'un second volet et c'est quatre ans plus tard sur Nintendo Gamecube que sort Paper Mario : La Porte Millénaire.
 
 
 
Jaquette européenne


C'est lors de la Game Developers Conference de 2003 que Nintendo révéla le développement de ce qui s'appelait à ce moment Paper Mario 2, puis lors de l'E3 de mai 2004 les joueurs ont pu tester un aperçu de la version définitive de #Paper_Mario_La_Porte_Millénaire.
 
 
Logo du jeu en développement 
 
 
Le jeu sortira sur le sol japonais le 22 juillet 2004, le 11 octobre aux US, le 12 novembre en Europe, et n'oublions pas de préciser que c'est toujours le studio Intelligent Systems (responsable des séries comme Fire Emblem, Nintendo Wars ou Metroid) qui sera chargé du développement.
 
 
 
Jaquettes japonaise et américaine
 
Après cette petite introduction, entrons dans le vif du sujet. L'histoire de Paper Mario et la Porte Millénaire s'articule autour de la ville principale du jeu Port-Lacanaïe et de la légende qu'elle possède. L'aventure s'ouvre sur une introduction qui prend la forme d'un conte dans lequel le narrateur nous parle de gemmes étoiles, de carte magique, de ville engloutie et de trésor légendaire caché dans les sous-sols de Port-Lacanaïe.
 
 
L'histoire des gemmes étoiles et de la carte magique...
 
 
Puis la caméra nous ramène vers une silhouette bien connue, la princesse Peach en vacances dans ce port peu fréquentable, qui tente de faire quelques emplettes. Elle met alors la main sur un coffre mystérieux qui contient une carte magique pouvant mener au trésor légendaire de Port-Lacanaïe. Malheureusement pour elle un groupe d'individus mal intentionné kidnappe la princesse pour mettre la main sur cette carte.
 
 
Rencontre entre Peach et un drôle de personnage...

 
Mais leurs efforts sont vains puisque la carte n'est déjà plus en possession de la demoiselle, celle-ci l'ayant envoyée à Mario avec un petit mot en lui demandant de venir l'aider à trouver ce trésor. Mario reçoit donc le courrier de la princesse et se rend sur place. C'est une fois arrivé à bon port que l'aventure commence : Mario à peine débarqué devra sauver une pauvre Goomba du nom de Goomélie aux prises avec des individus louches, puis ils partiront à la recherche de la princesse Peach avant d'apprendre qu'elle a été enlevée. Le seul moyen de la retrouver réside dans cette carte magique ainsi que dans les gemmes étoiles auxquelles elle conduit. Durant son aventure Mario parcourra un très grand nombre de lieux différents et rencontrera divers alliés qui l'aideront à avancer dans cette grande chasse au trésor.
 
 
L'arrivée de Mario à Port-Lacanaïe
 
 
Bien qu'il ne s'agisse pas d'un scénario extrêmement complexe avec des complots, des twists ou des cliffhangers à tous les étages, celui-ci fait très bien son job et permet d'incorporer les différents alliés de façon très naturelle. Les lieux à visiter sont très variés, les dialogues sont souvent drôles, et comme dans beaucoup de jeux Nintendo on retrouve de nombreux petits clins d'œil un peu partout.
Insistons sur le fait que l'un des points forts de ce jeu n'est pas son scénario mais bien son univers et son ambiance, avec comme dit précédemment des dialogues souvent tordants. Le jeu propose régulièrement des scènes au contenu assez loufoque, en témoigne par exemple l'initiative d’Intelligent Systems qui a décidé de faire de Mario un véritable Casanova dans cet épisode, du coup celui-ci passe une grande partie de l'aventure à se faire embrasser sans jamais repousser la moindre avance ! De plus, BigN a fait un très gros travail pour rendre l'univers cohérent en rajoutant un bon nombre de nouveaux personnages en plus des habituels protagonistes de la série. Quelques petits éléments scénaristiques nous montrent d’ailleurs que ce Paper Mario : La Porte Millénaire est bien la suite direct de Paper Mario 64, comme le Parakarry qui apporte la lettre à Mario comme dans l'opus Nintendo 64, Goomélie qui demande à Mario s'il est bien le Mario qui a sauvé le Royaume Champignon lors de leur première rencontre ou encore les petites interludes après chaque chapitre qui rappellent l'épisode précédent...
 
 

Quel tombeur ce Mario !!
 
 
Continuons avec l'un des principaux atouts de ce jeu, la réalisation. En effet, avec son esthétique mélangeant 2D/3D et son aspect papier cartonné, Paper Mario sur Nintendo 64 avait conquis une grande partie des joueurs. Dans ce nouvel épisode Nintendo met les bouchées doubles en nous proposant un nouvel univers toujours très coloré et à la direction artistique plus aboutie. Les textures sont plus travaillées, les éléments du décors semblent plus "cartonnés" et de nombreuses idées mettant à profit la notion de "papier" ont été ajoutées comme, par exemple, les décors qui se mettent en place à la manière d'un livre "pop-up" à l'ouverture des combats ou encore des mouvements de pages qui se tournent lorsque l'on découvre des éléments cachés dans certains décors du jeu. Les animations sont elles aussi très réussies, Mario et ses acolytes se tournent et retournent avec une fluidité et un mouvement souple très agréables. Ici aussi, de nombreuses nouvelles idées viennent parsemer l'aventure comme par exemple les transformations de Mario en différents éléments de papier lui permettant de passer certains obstacles. Les animations des personnages, héros, ou ennemis sont très réussies et s'accordent parfaitement à l'univers, et même les mouvements des décors lors de leurs interactions avec notre plombier moustachu sont bien pensées. Tous ces détails et nouvelles idées donnent un véritable cachet, une véritable identité à ce titre et son nom Paper Mario lui va encore une fois à ravir.
 
 

Le rendu papier est vraiment très original pour ce second volet !
 
 
Par contre, concernant le bestiaire c'est un peu mitigé. Alors oui, ce Paper Mario est la suite directe de Paper Mario sur Nintendo 64, oui les deux univers se rejoignent parfaitement, malheureusement il n'y a que peu de nouveautés dans le bestiaire, malgré les 124 ennemis référencés dans le bestiaire les deux tiers sont quasiment identiques à l'épisode précédent avec quelques ajouts d'adversaires aux déclinaisons de couleurs différentes, seuls les Boss et quelques nouveaux monstres venant alors faire leur apparition. Hormis ce problème il faut avouer que le gros lifting réalisé sur ce jeu pour nous offrir une nouvelle aventure plus belle que jamais est totalement réussi. Du côté de la traduction et des dialogues c'est là encore un très bon point. L’écriture est vraiment de très bonne facture (hormis quelques petites coquilles et erreurs typographiques) et les dialogues sont souvent très drôles, bourrés de références, voire même à certains moments complètement déjantés. Du coup, parcourir l'aventure se révèle être un véritable plaisir que ce soit par ces visuels ou ces situations cocasses.
 
 

 Certains dialogues sont vraiment loufoques !
 
 
La partie sur laquelle nous allons trouver bien plus de changement est bien celle qui suit : le gameplay. Rappelons-le, Paper Mario est une série qui aime mélanger les genres plates-formes et RPG. Ce nouvel épisode ne déroge pas la règle, au contraire, puisque Mario revient dans une aventure beaucoup plus réussie sur ce point. Notre héros moustachu va donc se balader dans un univers ouvert à défilement écran par écran dans lesquels il aura la possibilité d'explorer à sa guise chaque recoin des endroits qu'il visite. Étant donné que Paper Mario joue artistiquement avec le côté 2D cartonné pour ses personnages et ses décors 3D vous aurez donc, vous vous en doutez, à utiliser la profondeur des décors afin de découvrir de nouveaux chemins, lesquels pourront soit vous emmener vers de nouveaux objectifs, soit vers des salles secrètes. L'un comme l'autre vous demanderont peut-être d'obtenir l'une des nouvelles capacités de Mario pour passer les obstacles vous permettant d'accéder à la salle suivante. Ces nouvelles capacités qui jouent beaucoup, encore une fois, sur l'univers "papier" permettront à Mario, au choix : de se mettre de profil afin de passer certains obstacles comme les barreaux d'une porte de prison ou de se faufiler entre certains bâtiments, de se rouler en boule pour passer dans certaines ouvertures, de se changer en avion de papier pour accéder à des endroits inaccessibles, ou encore de prendre la forme d’un bateau de papier afin de traverser certaines zones humides.
 
 

Quelques exemples de pouvoirs de Mario
 
 
Puisque nous sommes dans les interactions avec les éléments du décor, profitons-en pour parler des acolytes de Mario et de leurs capacités. Car oui, comme dans tout bon RPG qui se respecte, notre héros aura avec lui des alliés qui le rejoindront au fur à mesure de l'aventure. Ces derniers ont d'ailleurs dorénavant leurs propres points de vie et peuvent donc ainsi être touchés, mis KO ou alors, le joueur aura la possibilité de les faire évolués grâce à un système original de collecte d'objets. Mais ce sont surtout leurs capacités diverses qui lui permettront, tout comme pour les nouveaux pouvoirs, de contourner certains obstacles afin d’avancer dans les salles suivantes. Ces capacités sont variées comme par exemple : Koopek le Koopa qui vous permettra d'actionner ou attraper des objets éloignés, ou Cumulia le fantôme qui permet de dévoiler des chemins et objets cachés derrière des éléments du décor en soufflant dessus. D'autres alliés seront bien sûr présents dans le jeu avec beaucoup d'autres aptitudes et c'est là que l'on retrouve la force première de ce jeu. Le level-design est vraiment très bien pensé et l'on vous demandera régulièrement de réutiliser l'un ou l'autre des pouvoirs ou alliés de manière intelligente. Switcher d'un acolyte à l'autre se fait d'une simple touche, vous n'aurez donc pas à faire des allers-retours pour récupérer le bon personnage qui vous accompagnera. Par contre, Nintendo aimant le mélange des genres de jeux, vous vous retrouverez sûrement à plusieurs reprises à revenir vers d'anciens lieux déjà visités afin d'utiliser vos nouvelles capacités pour tenter de débusquer des passages secrets ou des trésors à la manière d'un jeu d'aventure tel que Metroid. Un petit reproche pourtant : bien qu'ayant reçu eux aussi un gros lifting, une bonne partie des alliés de Mario sont identiques à l'épisode précédent surtout en ce qui concerne leurs aptitudes. Heureusement que de bonnes nouvelles idées sont cependant venues se greffer par-dessus.
 
 
Exemple d'utilisation des pouvoirs alliés.

 
Continuons de parler gameplay avec le système de combat.

Dans Paper Mario : La Porte Millénaire vous serez bien sûr amenés à rencontrer des ennemis, mais contrairement aux J-RPG classiques il n'y a pas de rencontre aléatoire. Vos adversaires se baladent à l'écran et à l'instar d'un Action-RPG vous pourrez éviter le combat ou l'engager en les touchant. Si vous touchez  l’ennemi en premier vous aurez l'initiative du combat, profitant ainsi d'une attaque supplémentaire en début de combat ; et inversement si c’est l'ennemi qui vous touche.
Les combats s'articulent autour de trois points forts : Le Timing, les Badges et une nouveauté très originale appelée le Style. Lorsque Mario affronte des ennemis, vous aurez la possibilité d'utiliser des attaques telles que le Saut ou le Marteau pour les frapper. C'est ici qu'intervient un élément de gameplay très appréciable visant à rendre les combats de J-RPG classique plus dynamiques : le Timing. En effet, au moment de toucher votre adversaire, si vous appuyez avec le bon timing sur A, l'adversaire va recevoir un coup plus puissant qui lui causera plus de dégâts et, à l'inverse, si vous appuyez au bon moment lors de l'attaque adverse, Mario pourra se protéger et ne subira pas la totalité des dégâts. Une idée fort louable qui vise à casser l'image ennuyeuse du "clic répété" lors des phases de combats dans les RPG japonais.
Bien évidemment notre plombier pourra aussi utiliser des attaques spéciales contre ses adversaires, celles-ci étant attribuées via des Badges. Ces Badges permettent à Mario d'obtenir divers attributs comme augmenter ses points de vie, augmenter la puissance des sauts ou du marteau, esquiver des attaques ennemies, ou encore faire des "Super Sauts" sur l'adversaire. Il en existe un peu plus d'une centaine et chacun a un effet bien spécifique. Comment utiliser ces badges ? Rien de plus simple. Une fois le badge en votre possession, dirigez-vous dans le menu dédié et il suffit simplement d'activer celui ou ceux qui vous intéressent.
Mais pour pouvoir faire cela, il vous faudra avoir suffisamment de PB (Points Badges). Ces points, vous ne pourrez en collecter qu'à un seul moment du jeu : lors de vos passages au niveau supérieur.
Vous trouverez des badges un peu partout dans le jeu. Plus d'une centaine à collecter.
 
 
Lorsque vous sortez victorieux d'un combat vous recevez un certain nombre de Points Étoile (l'équivalent des points d'expérience). Si vous parvenez à collecter 100 Points Étoile, Mario passera au niveau supérieur et vous demandera de faire un choix épineux, celui d'augmenter une seule de vos caractéristiques. À vous donc de choisir entre : augmenter votre vie de 5 points, augmenter vos points fleur de 5 (les points fleur permettent l'utilisation de capacités spéciales attribuées par les badges), ou bien augmenter vos points badge de 3 points afin de pouvoir ajouter de nouvelles capacités destructrices à notre héros. Concernant l'augmentation de niveau de vos acolytes  c'est autre chose, il vous faudra vous rendre chez le vieux Magicien Merlon pour augmenter le niveau d'un de vos compagnon à l'aide de Soleil qu'il faudra trouver au cours de l'aventure.

Chaque augmentation de niveau fera l'objet d'un choix important

Vous devrez passer par Merlon le magicien pour augmenter la puissance de vos alliés
 
 
Intéressons-nous maintenant à la grosse nouveauté de ce nouvel épisode : le système de Style. Durant les combats vous remarquerez qu'un public se trouve au premier plan de la scène. Au fur à mesure de votre avancée dans l'histoire et de votre niveau, la foule augmente dans la salle et va encourager Mario de deux manières différentes.
La première, en vous lançant de temps à autres des objets que vous pourrez utiliser durant les affrontements (comme des champignons pour regagner de la vie ou des fleurs de feu qui vous permettront de blesser plusieurs ennemis à la fois par exemple). Attention cependant, dans le public des ennemis peuvent faire leur apparition afin de vous jeter d'autres sortes d'objets blessants que vous devrez esquiver ; vigilance donc !
 
 

Merci Luigi !
 
 
La seconde manière va exploiter votre réflexion et votre dextérité à travers une seconde épreuve de timing. En effet, réaliser une attaque avec un timing parfait va susciter un engouement auprès de vos fans. Plus vous réussirez vos attaques et plus la foule augmentera, mais ce n'est pas tout. Sachez que lors des phases d'attaques spéciales Mario ou son allié peuvent réaliser des figures de style (ou tricks comme disent les jeunes !) lorsque le joueur appuie à un moment précis de l'action. Ces tricks peuvent demander parfois plusieurs actions d'affilée pour réaliser toute la série complète, le public dans les gradins étant alors en effervescence à la fin de celle-ci.
C'est ici que la réflexion va entrer en jeu, car savoir identifier quel est le bon timing pour chaque attaque spéciale est un véritable défi qui vous demandera sûrement des dizaines de combats avant de commencer à trouver les premières pistes.
 
 
 
Maitrisez les tricks pour plus de style !!
 
 
Mais au final le point le plus important n'a pas été abordé : pourquoi vouloir tant mettre en transe le public à l'aide de saltos arrière ou autres cascades ? La réponse est simple : notre plombier va avoir à sa disposition, à partir d'un certain point de l'aventure, de nouveaux pouvoirs. Le Pouvoir des Étoiles et ces pouvoirs vous demanderont alors beaucoup d'Énergie Étoile. L'un des moyens le plus rapide pour regagner de l'Énergie Étoile est donc de divertir au maximum le public afin de faire remonter sa jauge au plus vite et, comme vous vous rendrez compte que ces Pouvoirs des Étoiles sont pour la plupart très utiles, divertir le public deviendra l'une de vos principales activités durant un combat.
Voilà donc encore une idée des plus agréables qui vous demandera d'être toujours à l’affût durant les combats, tout cela afin d’éviter de rester sur un J-RPG classique au tour par tour. Disons-le clairement, l'équipe d'Intelligent Systems à vraiment fait du bon travail pour rendre le gameplay de ce Paper Mario plus pointu et original que son prédécesseur. Bien que beaucoup d'idées viennent de l'épisode précédent, celles-ci sont bien plus abouties ou travaillées. Rajoutez à cela de nombreuses nouveautés et vous obtiendrez un épisode simple à prendre en main et avec un plaisir de jeu incroyable.
 
 
Regardez cette foule déchainée !
 
 
Pour ce qui est de sa durée de vie, Paper Mario : La Porte Millénaire n'est pas en reste, comptez environ une quarantaine d'heures de jeu pour terminer l'aventure principale en ligne droite et vous pouvez bien en rajouter une vingtaine de plus si vous souhaitez terminer le jeu dans son intégralité. La difficulté est progressive et l'utilisation des badges ou du timing a une réelle utilité. Le jeu possède d'ailleurs une bonne rejouabilité grâce à son système de choix des caractéristiques à augmenter lors des passages de niveaux. Vous n'aborderez sûrement pas vos prochaines parties de la même manière une fois les mécaniques de jeu adoptées différemment.
Le level-design est vraiment bien pensé, il fourmille de petites idées et chacun des alliés aura son utilité durant votre parcours. Comme cité précédemment l'exploration, à la manière d'un Metroid, sera de rigueur si vous souhaitez trouver tous les secrets de ce Paper Mario. Alors oui, beaucoup d'idées de level-design ou de lieux visités vont rappeler Paper Mario 64. Mais tout étant entièrement retravaillé voir sublimé, le jeu se trouve, dans le fond, être un tout nouvel épisode avec son propre univers, sa propre identité.
 

Le jeu vous demandera de revenir régulièrement aux endroits déjà explorés et si cela ne suffit pas le Donjon aux 100 étages vous proposera un véritable challenge.
 
 
Pour la bande-son, l'équipe chargée de cette partie a fait de l'excellent travail. On retrouve tous l'univers de Mario réadapté pour cette aventure avec l'ajout de tous les bruitages liés aux combats, à la foule ou aux effets de papier. Un travail réalisé à l'époque par deux petits nouveaux – Saki Haruyama et Masanobu Matsunaga – et supervisé par une petite pointure du genre dans le domaine du jeu vidéo, Kenichi Nishimaki, qui a travaillé sur de très gros jeux comme BattleClash, quelques Fire Emblem, Mario Kart Super Circuit, ou le premier Paper Mario avant d'être adjoint à ce jeu.
Au niveau de la composition musicale c’est là aussi de l'excellent travail, les compositions et réarrangements du jeu étant splendides et collant parfaitement à l'univers. Ici aussi un petit nouveau a été affecté à cette tâche – Yoshito Hirano –  mais il n'était pas seul, la très talentueuse Yuka Tsujiyoko étant là avec lui pour porter le projet. Compositrice de grand talent, elle avait déjà œuvré sur de nombreux projets tels que tous les Fire Emblem, BattleClash et sa suite Metal Combat, ou le premier Paper Mario.
Ses créations sont d'une telle fraîcheur que parcourir l'aventure est un vrai plaisir, et de nombreux thèmes vous resteront en tête tel que le Main Theme, Petal Meadows, ou encore le thème de Port-Lacanaïe. Sur ce point rien à dire, l'équipe d'Intelligent Systems a réussi à donner une incroyable personnalité à ce jeu, à travers de magnifiques compositions et de nombreux bruitages très détaillés.
En conclusion que dire de ce Paper Mario hormis qu’il est une véritable pépite, un joyau que tout joueur doit prendre la peine de faire au moins une fois dans sa vie. Certains diront que Paper Mario : La Porte Millénaire reprend beaucoup trop d'idées de son grand frère, d'autres diront que celui-ci améliore voir sublime les idées mal exploitées de son prédécesseur.
L'ambiance toujours aussi farfelue mais moins lourdingue et grossière de son aîné, des graphismes incroyables. Des dialogues, musiques, et bruitages qui mettent en valeur l'identité du jeu. Un système de badges et de timing plus complet et précis, des combats toujours plus dynamiques, ou encore un level-design très bien pensé. Ce jeu nous entraîne grâce à tout cela dans une aventure vraiment captivante. Seul regret à l'horizon, celui de voir que Nintendo a complètement remanié sa franchise Paper Mario vers un autre genre après cet épisode mémorable, nous laissant comme seule alternative pour le style RPG la très bonne franchise Mario&Luigi.
Dans tous les cas, si vous avez aimé Paper Mario 64 vous allez adorer Paper Mario : La Porte Millénaire. Et si vous avez commencé la franchise Paper Mario avec l'un de ses jeunes frères, n'hésitez pas à sauter sur celui-ci, le jeu en vaut clairement la peine !



Les points forts :
– Une réalisation et une direction artistique superbes
- Un level-design vraiment bien pensé
- Les dialogues souvent très drôles et les mises en scène loufoques
- Une bande originale géniale
- Le système de badges pour choisir ses compétences
- Le système de combat dynamique grâce au "Timing"
- Le système de style avec la foule qui vous acclame




Les points faibles :
- Peu de nouveautés dans le bestiaire par rapport au premier volet
- Pas mal de quêtes annexes basées sur des allers-retours


Note finale du testeur : 18/20





Encore une fois, merci à l'ami @MacGregou pour la correction de ce test !

http://www.dg2s.fr

dandyboh

avatar
Maudit du Forum

Ravi qu'il t'ait plu ! Wink

Battosai14

avatar
Nintenwhore
Je l'avais déjà fait à l'époque de sa sortie avant que mon frère ne revende une grosse partie de ma collec. Je l'avais déjà trouvé juste incroyable à l'époque et je l'avais déjà retourner dans tous les sens.

Cette fois ci je l'ai fait avec ma fille et elle a adorer elle aussi Smile

http://www.dg2s.fr

mickmack

avatar
Bikini Games Master
J'ai du m'arreter au chapitre 3 tellement ce jeu m'a gavé

tetsuoshima

avatar
Homme de verre
Merci pour le test batto !
Je lirai tranquillement demain !
Mais j’ai jamais joué au jeu encore.
Je l’ai que depuis peu en plus.

Battosai14

avatar
Nintenwhore
De rien, je sais pas si tu as déjà fait un épisode de la série mais j'espère qu'après ce test tu aura envie de mettre la galette directement dans le console ça vaux vraiment le coup Wink

http://www.dg2s.fr

Emeldiz

avatar
Cerbère de la Manette

Un titre que j'avais beaucoup apprécié quand j'étais gosse, une belle découverte.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum