Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Le topic de la Nintendo Switch
par tetsuoshima Aujourd'hui à 22:34

» Le topic officiel de la Megadrive
par tetsuoshima Aujourd'hui à 22:27

» Vos jeux finis en 2017
par dandyboh Aujourd'hui à 22:21

» konichiwa
par marmotplay Aujourd'hui à 22:21

» A quoi vous jouez en ce moment?
par skyllneverdie Aujourd'hui à 20:26

» Here comes a new challenger
par tetsuoshima Aujourd'hui à 19:19

» The Wolfenstein II The new colossus Pc/ps4/Xone
par gatsuforever Aujourd'hui à 17:02

» Vos derniers arrivages !
par bigvilo Aujourd'hui à 15:40

» The Sexy Brutale (PC/PS4/Xone)
par ange_dechu_lucifer Aujourd'hui à 12:58

» Les noms de jeux ou consoles mal prononcés
par dandyboh Aujourd'hui à 9:56

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés les plus tagués
1#mafialyonnaise
2#psvita
3#lrg
4#donkeykong
5#ps4


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » L'enfer » Tests & Reviews » [TEST] Alice: Retour au Pays de la Folie

[TEST] Alice: Retour au Pays de la Folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
Alice: Retour au Pays de la Folie
Support : Playstation 3

Existe également sur Xbox 360 et PC
Développeur : Spicy Horse
Editeur : Electronic Arts
Année : 2011




Comme toute histoire d’amour tragique, celle-ci a débuté par une rencontre fortuite. Jeune fille pleine de charme et de promesses, Alice était, contrairement à ses habitudes, tout de glauque vêtu. Un couteau à la main, une robe bleue tachetée de sang maladroitement posée sur ses épaules, elle attendait patiemment qu’un joueur vienne poser ses pattes sur elle. Il faut dire que Liddell a tout pour plaire : un minois d’ange au service d’une œuvre prenant à contrepied les produits aseptisés de la concurrence grâce à son univers sombre et désenchanté. Cependant, ce trompe l’œil va vite voler en éclat, et le thé indigeste qui est ici proposé nous fait rapidement regretter notre fidèle thermos à café.

La pauvre Alice n’a pas la vie facile. Suite au décès de ses parents et sa tentative de suicide désespérée, la voilà qui se retrouve face à un psychologue peu scrupuleux souhaitant lui faire oublier son passé. Toujours en quête de réponses quant au destin tragique de sa famille et du mystérieux incendie qui en est la cause, la jeune femme ne se laisse pas abattre et remballe pour un nouveau voyage dans les tréfonds de sa psyché. Comme toute allumeuse digne de ce nom, Alice attire le regard mais s’effondre dès que l’on creuse un peu. Inconsistante et foutraque, son histoire ne s’avère être qu’une mascarade justifiant bien mal les quelques dizaines d’euros dépensés. L’incohérence scénaristique régnant dans ce monde désolé donnerait de l’urticaire à n’importe quel humain sain d’esprit. Tel un Don Juan multipliant les conquêtes sans envergures, le joueur enchaîne les niveaux sans trop savoir pourquoi. Même l’entourage d’Alice se montre insupportable. Entre design foireux et voix crispantes, la migraine guette. Ce capharnaüm n’a même pas la décence de nous servir une conclusion digne de ce nom. L’esprit se brouille: tout ça pour ça?



Des préliminaires ratés n’annoncent rien de bon pour la suite. Alice peine à assumer sa plastique pourtant si aguicheuse dans la pénombre d’un bar, et avec quelques verres dans le nez. Le soufflé retombe bien vite au réveil, le pauvre bougre piégé s’enfuyant sans même offrir les croissants. A l’image du scénario décousu, la direction artistique ne vaut guère mieux. On sent une réelle envie de se démarquer, d’offrir quelque chose de frais. Mais, malgré quelques fulgurances à la fin du niveau 3 et au début du 4, Alice nous fait enchaîner les décors sans saveurs et sans logique. Un couloir rouillé par-ci, un niveau aquatique par-là, la lassitude pointe le bout de son groin. Sans épaisseur et sans génie, la demoiselle passe plus de temps à changer de robe qu’à nous proposer un univers un tant soit peu cohérent et couillu. Pour une gonzesse qui se la joue trash, c’est bien trop léger. Vouloir n’est pas pouvoir, et essayer sans concrétiser n’a guère d’intérêt.



L’horloge poursuit sa folle course mais Alice continue à décevoir. La rupture n’est pas loin, et ce n’est pas le level design qui va arranger les choses. Paresse et banalité ne font pas bon ménage, Liddell ne nous le rappelle que trop bien. On enchaîne phases de plateformes insipides et arènes de combats sans gros enjeux tout au long de l’aventure. Un levier à actionner, un plateau à surélever, un mur à casser, quelques créatures à tabasser, Alice aime la routine. Celui qui l’accompagne, beaucoup moins. Ce ne sont pas les nombreux secrets mal dissimulés qui y changeront grand-chose. Souvenirs perdus, bouteilles à bonus et challenges à allongement de barre de vie, rien ne justifie la quête de ces quelques à-côtés tant ils s’avèrent sans aucun intérêt. Qu’attendre de bribes de scénarios cachées si la trame n’a, à la base, aucune consistance? Qu’attendre d’un accroissement de la vitalité dans un titre ou les erreurs de saut entre deux plateformes ne sont pas pénalisées et où les checkpoints sont positionnés tous les deux pas? A moins de faire preuve de collectionnite aigüe, il n’y a guère de temps à perdre avec de telles futilités qui auraient trouvé leur salut dans un titre mieux construit et plus réfléchi. Consciente de ses grossières lacunes, Alice tente, dans une tentative désespérée, d’insuffler un souffle d’originalité au travers de passages sortant du train-train quotidien. Entre puzzle game, niveaux en 2D, mini jeux de shoot et phase où il s’agira de faire rouler une tête à travers un parcours rappelant un flipper en 3D, la donzelle a le mérite de proposer quelques alternatives. Malheureusement, elle peine toujours à convaincre, ces quelques fulgurances s’avérant pour la plupart simplistes et lourdingues. Encore un rendez-vous manqué.



Construction hachée, direction artistique défectueuse, l’orpheline n’est même pas capable de nous offrir une technique un tant soit peu travaillée. Tel un escargot un jour d’orage, le jeu bave de partout. Textures grossières, personnages rigides, bugs en tout genre et framerate asthmatique, c’est le festival des horreurs. Que la technique ne soit pas parfaite ne pose pas de problèmes à partir du moment où l’expérience générale est de qualité. Mais, dès lors qu’un titre traîne casserole sur casserole, ce genre de défaut ressort de manière décuplée. Alice est laide, et elle le sait.

La forme traîne la patte, le fond ne va faire qu’accentuer cette déficience physique. Plutôt maniable et pas farouche au combat, la jeune femme n’en est pas pour autant sauvée. Bien que le tout s’avère assez ergonomique, le gameplay reste d’un classicisme déconcertant. En voulant mixer trop de phases de jeu différentes, la foldingue en oublie de creuser suffisamment l’expérience pour la rendre intéressante. Les combats sont mous et redondants malgré les nombreuses armes à disposition et le mode enragée lorsque votre barre de vie crie famine. Il n’y a que trop peu de stratégie pour assurer sur la continuité, le joueur se contentant de bourriner les petits ennemis, de briser la garde des mobs plus imposants ou de tirer sur les adversaires volants. Ajoutez à cela des combos au nombre incroyable de quatre et vous obtiendrez la recette d’un jeu d’action aussi creux que le chapeau du Chapelier. Quant aux phases de plateforme, et sans vouloir tirer à nouveau sur l’ambulance, elles n’ont guère d’intérêt puisque la mort y est tout simplement absente. C’est quand même un basique à respecter, et même ça Alice n’y arrive pas. Quant au bestiaire, inutile de s’y attarder trop longuement tant la déception est, une fois de plus, au rendez-vous. Il y avait pourtant la place de faire quelque chose de réellement inquiétant et glauque. A la place, on a des flaques noires et autres têtes volantes au nom douteux ("Enfant de putain", vraiment?).



Histoire de faire ravaler ses moustaches au chat de Cheshire, mettons également le doigt sur la bande sonore, tellement discrète qu’on a peine à croire qu’elle existe. Pour un jeu censé offrir une ambiance pesante, c’est le genre d’erreur qui ne pardonne pas. Enfin, Alice enfonce le clou avec une durée de vie interminable qui avoisine les 15 heures pour peu qu’on commence à récolter les bonus cachés. Le calvaire semble dès lors ne plus finir.

Malgré les promesses d’un avenir radieux, Alice nous offre une descente dans les tréfonds de sa psyché qui s’apparente plus à l'enfer qu’autre chose. Telle une fille facile, la londonienne révèle bien vite son manque de profondeur et ses défauts physiques. Gameplay sans saveur, level design insipide et direction artistique foutraque viennent salir ce qui aurait pu s’apparenter à une toile de maître. Un titre qui manque clairement de folie, et qui nous entraîne finalement vers un retour au pays de l’ennui.

Graphismes : 2/5
Gameplay : 2/5
Bande-son : 1/5
Durée de vie : 3/5
Note globale : 8/20
Note testeur : 7/20



Dernière édition par vavalboss le Ven 4 Sep - 0:26, édité 1 fois

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

Ha, quelqu'un qui n'a pas aimé le jeu dis donc. ça va "compenser" avec le topic d'époque : http://forums.paderetro.fr/t196-alice-madness-return ^^

Il a d'ailleurs été élu meilleur jeu de 2011 ici même : http://forums.paderetro.fr/t248-resultats-classement-des-meilleurs-jeux-2011-de-padretro ^^

http://paderetro.com/

Invité


Invité
OMG

Y'a même pas Deus Ex dans ce top, c'est quoi ce bordel???

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

Tout simplement parce que personne n'y a joué en temps et en heure, ou que les rares qui ont dû le faire entre sa sortie (23 aout 2011) et la clôture du classement (1 janvier 2012) n'ont pas trop aimé. ^^

Edit : ha ben si, il y est, regarde à la 20ième place, aux côtés de Dodonpachi Resurrection et Kirby Epic Yarn. ^^

http://paderetro.com/

Invité


Invité
Grand dieu, si y'avait bien un jeu à faire en 2011, c'est Deus Ex

Allez, ne soyons pas bégueule, les membres de P&R ont tout à fait le droit d'aimer les jeux hyper assistés au gameplay inexistant

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

vavalboss a écrit:
Allez, ne soyons pas bégueule, les membres de P&R ont tout à fait le droit d'aimer les jeux qui sortent du moule mais dotés d'un gameplay somme toute classique. ça change de tous ces jeux lissés sur le même modèle "beau mais aucune personnalité".

Mieux.  



Dernière édition par ange_dechu_lucifer le Jeu 3 Sep - 21:26, édité 1 fois

http://paderetro.com/

dandyboh

avatar
Maudit du Forum

J'ai aimé Alice pour son univers, son ambiance, certains décors tout simplement sublimes, ses phases de plate-formes qui permettent de casser un peu cette décevante monotonie lors des combats.

A mes yeux, c'est un jeu à faire, un coup de cœur malgré ses défauts, même si je comprends tout à fait qu'il ait pu déplaire à certains.

Je n'ai jamais fait Deus EX par contre...

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

J'en viens même à me dire que ses défauts font partie de son charme. Un peu comme Deadly Premoniton.

http://paderetro.com/

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
J'ai surkiffé ce Alice au point de faire le 1 qui était proposé en bonus avec le jeu et qui souffrait d'une jouabilité catastrophique et d'une caméra chiante au possible et pourtant, je l'ai fini pour commencer dans de bonne condition le Alice return of madness, et quelle plaisir ce jeu. Ca été mon jeu de l'année 2011, je l'ai trouvé vraiment loin d'être creux, les aventures de Alices sont tous ce qu'il y a de plus passionnant et j'ai plongé de bon coeur de ce jeu. Je regrette juste que les dévélloppeur n'ont pas eu le temps de finaliser le jeu comme il le voulait car la fin arrive trop vite alors qu'elle aurait pu davantage s'étalonner.
Un des meilleurs de ma chère et tendre PS3 .

Invité


Invité
Eh bien, je vois que les avis convergent. Dans le même genre, vous avez fait Enslaved? Je le trouve infiniment plus intéressant qu'Alice l'arnaqueuse

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Test très bien écrit malgré la présence de fautes encore assez nombreuses (je te ferai un récapitulatif si tu veux).

Avant de donner ma critique sur ton avis, j'aurais quand même une question : as-tu joué au jeu en mode normal ou difficile ?

CTJ

avatar
Limbo Hater
Je me suis fait la même réflexion que Gregou. Je pense qu'on a la réponse Very Happy

dandyboh

avatar
Maudit du Forum

@ange_dechu_lucifer a écrit:J'en viens même à me dire que ses défauts font partie de son charme. Un peu comme Deadly Premoniton.

C'est marrant que tu cites Deadly Premonition, c'est mon autre gros coup de cœur 360 avec Alice... je dois aimer les jeux bourrés de défauts

Invité


Invité
El Gregou a écrit:Test très bien écrit malgré la présence de fautes encore assez nombreuses (je te ferai un récapitulatif si tu veux).

Avant de donner ma critique sur ton avis, j'aurais quand même une question : as-tu joué au jeu en mode normal ou difficile ?

Merci pour ton commentaire! Pour les fautes, et malgré moult relectures, je ne suis malheureusement pas infaillible. Si tu as des conseils, je suis preneur Very Happy

J'ai fait le jeu en normal comme en atteste ma signature.

tetsuoshima

avatar
Homme de verre
J'ai acheté le jeu en occasion y a pas longtemps. Paye une misère.
Et j'avais toujours eu que des bons échos. Intéressant de lire l'inverse. Faudra que je me fasse ma propre idée... Car pas encore essayé!!
Mais super test. Très très bien écrit. Bravo.

Invité


Invité
Typiquement le genre de jeu qui divise. Moi qui aime les univers décalés et les expériences à contre courant (NieR, SH Downpoor, Shadow of the Damned ou Asura's Wrath pour ne citer qu'eux), j'ai pourtant été grandement déçu...

Merci pour les compliments embarassed

tetsuoshima

avatar
Homme de verre
Juste pour avoir une idée de tes goûts plus précise... Tu as aimé Dante inferno et The Order 1886?

gatsuforever

avatar
Adorateur du Pal
J'ai aimé tout les jeux que tu as cité Vava , shadow of damned, SH downpour, et asura's wrath et même le jeu cité par Tetsu "dante's inferno", et j'ai également surkiffé cet Alice return of madness. Comme quoi ^^

Invité


Invité
J'ai moyennement apprécié les deux.

Dante's Inferno c'est un peu GOW en moins bien niveau gameplay. Heureusement que le background déchire!

The Order 1886 est trop bavard pour ce qu'il a à dire. Le rythme est haché (merci les cinématiques omniprésentes) et l'intérêt purement ludique assez limité. Malgré tout, les phases de shoot sont jouissives à souhait et graphiquement c'est quand même une grosse claque. Il est frustrant ce jeu, le côté TPS est réellement réussi mais tellement sous exploité...

tetsuoshima

avatar
Homme de verre
Oki. ^^difficile a dire si on a les mêmes goûts.

Au final même si je met Dante inferno au pinacle, c'est évidemment un GOW en moins bien je suis d'accord. Mais légèrement moins bien... La direction artistique est tellement énorme que ça rattrape tout le reste selon moi. Je dis toujours que Dante inferno n'a rien à envier a god'of war car il a vraiment son propre cachet. Il a même amélioré certains aspects de god of war. Donc pour certaines choses c'est GOW en moins bien mais pour d'autres en mieux. Enfin c'est mon avis. Même si je sais que GOW est la referençe , je met Dante inferno plus haut dans mon cœur de joueur.

Quant à The Order je suis d'accord avec ton analyse globalement. Ce qui t'a plu dedans, m'a plu aussi, les gun fiights, la claque graphique, et ce qui t'y a déplu m'a déplu aussi. J'en garde un très bon souvenir ceci dit. Même si le scénario n'a rien de fou, l'ambiance est sympatoche et le côté réalité alternative j'aime vraiment. Ça reste un bon souvenir de 2015 en ce qui me concerne.

Donc on verra pour cet Alice^^

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Moi je pense que tu es passé à côté de ce qu'était vraiment Alice pour pas mal de choses.

Mais il est tard là, et je donnerai donc mon avis demain (si j'ai le courage). Wink

Invité


Invité
J'avoue que The Order ne m'a pas déplu. Mais quel dommage qu'ils n'aient pas mis l'accent sur les phases d'action, ça aurait pu donner un shooter de folie! J'oubliais: l'IA est vraiment à côté de ses pompes (mais ça, c'est une habitude).

Dante's j'avoue être plus mitigé. J'ai tellement apprécié les deux premiers GOW que j'ai du mal à lui trouver ce petit quelque chose qui fait la différence. Ca reste un bon jeu, mais pas aussi bon que je ne l'espérais.

Hâte de te lire El Gregou Wink

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum