Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Le topic de la Nintendo Switch
par tetsuoshima Aujourd'hui à 22:34

» Le topic officiel de la Megadrive
par tetsuoshima Aujourd'hui à 22:27

» Vos jeux finis en 2017
par dandyboh Aujourd'hui à 22:21

» konichiwa
par marmotplay Aujourd'hui à 22:21

» A quoi vous jouez en ce moment?
par skyllneverdie Aujourd'hui à 20:26

» Here comes a new challenger
par tetsuoshima Aujourd'hui à 19:19

» The Wolfenstein II The new colossus Pc/ps4/Xone
par gatsuforever Aujourd'hui à 17:02

» Vos derniers arrivages !
par bigvilo Aujourd'hui à 15:40

» The Sexy Brutale (PC/PS4/Xone)
par ange_dechu_lucifer Aujourd'hui à 12:58

» Les noms de jeux ou consoles mal prononcés
par dandyboh Aujourd'hui à 9:56

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés les plus tagués
1#mafialyonnaise
2#psvita
3#lrg
4#donkeykong
5#ps4


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

forum.paderetro.com » L'enfer » Tests & Reviews » [TEST] Rocket Knight Adventures (MD)

[TEST] Rocket Knight Adventures (MD)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 [TEST] Rocket Knight Adventures (MD) le Mar 14 Fév - 19:55

Musashi Oboro

avatar
Ninja Tune

Plateforme : #Megadrive

La Chevalerie façon 16-Bits

SEGA a Sonic, Nintendo a Mario … et Konami ? On peut effectivement penser au manchot Pentarou, notamment lors des années 80, mais niveau charisme, on repassera. Dans les années 1990, la firme tente en vain de trouver une mascotte digne de ce nom. Il faut attendre 1993 pour que sortent les premières aventures de Sparkster, le « Rocket Knight » du royaume de Zebulos, qui doit faire face à de dangereux envahisseurs porcins. En effet, guidée par un ancien chevalier déchu et grand rival de notre opossum, Axle Gear, l'armée de jambons ambulants se dirige d'un pas décidé vers le château de la Princesse Sherry, détentrice de la clé qui pourrait remettre en marche la terrible Pig Star que convoite Devligus, l'Empereur d'Elhorn.


Derrière cette histoire digne d'un roman d'heroic-fantasy, se cache en vérité un jeu d'action/plates-formes, genre typique de ce que l'on peut trouver sur la console 16-Bits de SEGA. La même année sortait également Gunstar Heroes du studio Treasure, composé surtout par d'anciens membres de Konami. Il est d'ailleurs intéressant de noter que les deux jeux présentent quelques similitudes. Mais il fallait quand même du cran pour sortir un chevalier opossum avec un Jet Pack greffé sur le dos. Pourtant, cette idée amusante va se révéler être une excellente surprise.

Jet Pack et tranches de lard

Le gameplay de Rocket Knight Adventures peut sembler de prime abord très simple : deux boutons, l'un pour sauter, l'autre pour trancher dans le vif les quelques cochons qui oseront s'aventurer trop près de la lame de notre cher opossum. Cependant, le jeu ne porte pas un tel titre pour rien, puisque Sparkster est équipé d'une sorte de Jet Pack, lui permettant de se propulser dans les airs avec une vitesse phénoménale. En restant appuyé sur le bouton d'attaque, un jauge se charge, et une fois pleine, le chevalier peut s'élancer aux 4 coins de l'écran, lui permettant ainsi d'accéder à des endroits à l'origine inatteignables. Cependant, ce n'est pas sa seule utilité : le Jet Pack augmente également la force de frappe du marsupial.

Cette originalité ne va pas seulement être un atout pour le gameplay du jeu, mais également une excellente base pour un level-design ultra malin. Les développeurs ont su mettre à profit les particularités de Sparkster (notamment avec sa queue, lui permettant par exemple de s'accrocher aux branches d'un arbre) afin de créer des niveaux exploitants au maximum le Jet Pack. Ainsi, le niveaux sont très variés, proposant de multiples situations demandant du doigté, des réflexes, mais également l'utilisation du propulseur greffé sur le dos du héros. Si son utilisation demande au départ un certain timing, et donc un peu d'entraînement, une fois maîtrisée, le soft montre un potentiel énorme.


D'ailleurs, si le jeu est accessible en terme de difficulté, seul le Mode Hard permet d'avoir droit à la véritable fin. Effet à double tranchant : seuls les plus valeureux pourront donc en voir le bout (bien que le mode difficile ne rend pas le jeu en lui-même plus dur, mais limite le nombre de vies et de continues), ce qui peut sembler dommageable pour le joueur "lambda". Mais cela peut également pousser certains joueurs à dépasser leurs limites, et la marge de progression est d'ailleurs assez importante. Bref, rien d'insurmontable, même si cela rallonge certainement artificiellement la durée de vie.

Se renouvelant sans cesse, les différents stages sont de purs moments de bonheur, s'enchaînant sans temps mort dans une action totalement débridée. Pour preuve, le Stage 1, lorsque Sparkster vole au-dessus d'un lac en direction du château attaqué par les envahisseurs, tout en combattant un dragon des mers : dantesque. Le jeu, en plus de proposer des idées de gameplay très intelligentes, est doté d'une ambiance extrêmement prenant

Ambiance estampillée Konami

En plus d'offrir à un opossum le rôle principal, le jeu de Konami possède un univers assez atypique, mélangeant habilement ambiance médiévale et bizarreries technologiques. Ainsi se côtoient chevaliers et créatures mécaniques, épées et missiles, canons et vaisseaux spatiaux. C'est d'ailleurs l'une des grandes réussites du soft, puisqu'il met en place un contexte fort intéressant. Le scénario n'est pas le plus poussé, mais tout est intelligemment mis en scène, permettant ainsi une narration et une fluidité entre chaque niveau qui se révèlent très efficaces. Konami a toujours su donner une certaine identité à ces jeux, et Rocket Knight Adventures n'échappe pas à la règle, pour notre plus grand bonheur. D'autant plus que les différents protagonistes ne manquent pas de charisme, et surtout Axle Gear, qui respire la classe et s'inscrit largement dans la lignée des plus grands « vilains » de la génération 16-Bit.

Mais tout cela ne serait en aucun cas possible sans des choix esthétiques judicieux, chose qui est clairement maîtrisée en l'espèce. Les développeurs se sont fait plaisir, en alternant château et lieux d'antan avec des mondes plus modernes. On peut également noter le gros effort de leur part en matière d'effets, le jeu en étant truffé savamment, puisqu'utiles au gameplay. Par exemple, le Stage 2 permet à Sparkster de se glisser d'un côté ou de l'autre d'une cascade, l'action se déroulant alors sur deux plans distincts. Aussi, le Stage 3 offre un effet phénoménal, avec le reflet de la lave permettant au preux chevalier de sauter de plate-forme en plate-forme.


Mais les graphismes ne sont qu'une partie de l'atmosphère si particulière du jeu, qui est accompagné d'une bande-son magistrale de Michiru Yamane. C'est cette dernière qui donnera naissance aux compositions de Probotector et Castlevania : The New Generation sur le même support. Les fans des aventures de la famille Richter la connaîtront mieux comme étant la compositrice de l'OST de Symphony of the Night.

Les thèmes sont à la fois épiques, et en totale adéquation avec l'action en cours. La musique évolue au fur et à mesure que Sparkster s'aventure dans des lieux plus futuristes, devenant alors moins symphonique, et plus électronique. Il faut préciser aussi que le thème des Boss a marqué plus d'une génération, et peut largement postuler au Top 10 des meilleurs du genre sur console 16-Bit. D'ailleurs, les Boss ont une certaine particularité dans ce jeu : il sont extrêmement nombreux.


Plus qu'un bijou, un … Treasure ?

Beau, maniable, accompagné d'une bande-son réussie, et à l'action frénétique, le jeu de Konami excelle dans la plupart des domaines. Cependant, un point intéressant est à soulever, notamment dans l'articulation des niveaux. En effet, le jeu est quasiment un « Boss Rush », chaque level étant entre-coupé de plusieurs mini-boss. On est alors bien loin du classicisme d'un jeu de plate-forme lambda de ce point de vue, c'est à dire avec un boss uniquement à la fin de chaque stage. Point intéressant, la même année sort le Gunstar Heroes de Treasure, proposant un concept similaire. Coïncidence ? Oui et non.


S'il est évident qu'il n'y a aucune volonté de « copier », Treasure venait de naître peu de temps avant la sortie des deux productions. On peut donc se douter que ce studio a hérité de Konami un certain savoir-faire en matière de conception de jeu. Il est indéniable qu'un tel sur-nombre de boss est d'une originalité rare à l'époque, voire même surprenant, comme c'est le cas dans le Stage 2 de Rocket Knight Adventures : le niveau s'ouvre directement sur une confrontation avec un imposant monstre mécanique ! Ces jeux possèdent de nombreux points communs. On peut noter la présence de forteresses volantes, d'un niveau sur "rails, et les derniers niveaux se situent dans chacun d'entre eux dans l'espace.
De ce point de vue, les deux productions font mouche, et leurs particularités sont l'une des raisons de leur succès. Ces jeux, malgré leurs différences, restent inextricablement liés, et sont démonstratifs de l'essor de ce type de production sur la console de SEGA.



Bien qu'un peu ternes, les décors sont fouillés et détaillés, et la charte graphique du jeu est une franche réussite. Comblé d'effets en tout genre et doté d'une excellente ambiance techno-médiévale, le jeu peut également s'appuyer sur une mise en scène frénétique et endiablée. Du pur Konami.


D'abord chevaleresques, puis plus électroniques, les morceaux de Michiru Yamane sont un délice. Suivant intelligemment la progression du joueur dans l'aventure, les compositions collent parfaitement à l'esprit des différents niveaux traversés.


Simpliste, mais néanmoins innovant, le Jet Pack de l'opossum est une idée de gameplay extrêmement amusante, et dont l'apport est maîtrisé à la perfection : un level-design étudié pour son utilisation, et une variété de situations incroyable. Sparkster réagit au doigt et à l'œil.


Dans la moyenne des autres jeux du genre, la difficulté est savamment dosée, permettant au jeu de ne pas livrer tous ses secrets dès la première partie. Il faudra donc un peu de persévérance et de connaissances des niveaux pour en voir le bout ! Finir le jeu dans les différents modes de difficulté s'avère être un challenge intéressant, d'autant plus que la courbe de progression du joueur est assez énorme. Notons d'ailleurs que la vraie fin n'est disponible qu'en Mode Hard ...

Note du testeur : 18/20
Konami a su reprendre avec intelligence les codes du jeu d'Action/Plates-formes de l'époque, tout en ajoutant un gameplay plus novateur. Dès lors, le jeu est parsemé de morceaux de bravoure et de situations délirantes, qui vont faire baver plus d'un opossum. Accompagné d'une bande-son de grande qualité, ce Rocket Knight Adventures est l'un des dignes représentants du genre sur la Mega Drive, aux côtés de  Probotector, Shinobi III, Gunstar Heroes ou encore Alien Soldier.



Dernière édition par DMusashi le Mar 4 Sep - 12:04, édité 16 fois

Ajora

avatar
Possédé du Pad

Un superbe jeu, vraiment. Le parallèle avec les prod Treasure est intéressant et à propos, c'est bien vu. Perso, j'ai beaucoup aimé sa suite (sur super nes plutôt que sur megadrive) qui propose une ambiance particulière aussi, bien différente de cet épisode mais pas moins bonne à mon avis. Merci pour ce test très agréable à lire, tu as une belle plume!

Musashi Oboro

avatar
Ninja Tune
Merci à toi ! Very Happy

Chose assez bizarre, malgré sa réputation, lorsque je l'ai ajouté dans ma collection, j'ai injustement "boudé" ce jeu. Peut-être parce qu'il me semblait difficile au premier abord, peut-être parce que je ne voulais pas jouer à ce genre de jeu à cette période ... mais si j'avais su !

Une fois qu'on se plonge dedans avec sérieux, c'est juste du plaisir à l'état pur, l'un des jeux caractéristiques de l'apogée du JV durant l'ère 16-Bits. L'amour du pixel, la frénésie des niveaux, la difficulté progressive et jamais frustrante. Si j'avais su, je l'aurai englouti dès sa réception. Comme quoi, on peut passer à côté de perles, sans le savoir.

Aloux

avatar
Possédé du Pad

Tiens c'est marrant il me semble l'avoir essayé sur émulateur... snes. Il est aussi sorti sur nintendo ou je confonds avec un jeu qui lui ressemble beaucoup ?

ixindamix

avatar
Cerbère de la Manette

@Aloux a écrit:Tiens c'est marrant il me semble l'avoir essayé sur émulateur... snes. Il est aussi sorti sur nintendo ou je confonds avec un jeu qui lui ressemble beaucoup ?

Sa suite, Sparkster, est passé multiplateforme ensuite en 1994.

http://console-toi.fr/

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Un très bon test ! Tous les points que j'espérais voir énoncés sont justement présents dans ton article :
- Le charisme du méchant Axle Gear
- Le nombre élevé de boss (d'ailleurs, à l'époque, Rocket Knight était présenté dans les magazines comme très original car les boss ne se trouvaient plus seulement à la fin d'un stage).
- La musique formidable. Oh que oui le thème des boss est mythique. Celui du dernier niveau aussi, avec des sons très techno.


A noter que sa suite sur Megadrive, Sparkster, a déçu beaucoup de monde notamment par ses graphismes vraiment simplifiés, et sa durée de vie bien plus courte.
Il faut aussi signaler que certains ignorent encore que Sparkster sur Megadrive et SNES sont 2 jeux complètement différents. Et, sur ce point, le jeu SNES est dans l'ensemble meilleur. Mais rien qui ne rivalisera jamais avec ce 1er épisode sur Megadrive.

Pour le coup, quand même, je trouve ta note finale un peu vache... 88% pour l'un des immanquables de la console, qui ne souffre d'aucun défaut.... Je sais pas, mais moi j'aurais vraiment tiré la note vers les sommets...



Une dernière chose : peut-être aurais-tu dû laisser un petit mot sur le tout dernier jeu de la franchise. Rocket Knight, sorti en 2010 en version dématérialisée. Un véritable pétard mouillé, avec des graphismes d'un laid effroyable, aucun level design, des couleurs fades, un héros qui ne ressemble plus à rien, et un Axle Gear au design complètement changé (et nul de chez nul). Quel dommage ! comme quoi certaines licences ne devraient pas toujours être ressuscitées .

raginwulf

avatar
Cerbère de la Manette

Je rejoins un peu El Gregou, 88% je trouve ça un peu léger, surtout que tu ne lui a pas relevé de défaut, non ? (oui je pinaille ^^)

Mais excellent test en tout cas !

Giovanni

avatar
Administrateur

non mais en fait faut voir son autre test de Sonic Generations pour comprendre.

88% = 17,5/20 en fait.

c'est pas le bareme Player One/ Consoles + de l'époque

MacGregou

avatar
Maudit du Forum

Ouais, sauf qu'on sait très bien qu'un jeu qui a 70%, depuis le temps que la presse jeu vidéo existe, c'est un jeu tout juste moyen, bien que cela signifie 7/10.

C'est comme ça, c'est établi, on n'y peut rien.

Musashi Oboro

avatar
Ninja Tune
Merci à vous pour vos avis ! Very Happy
C'est vrai que ce jeu a tellement été un coup de cœur, que je n'ai pas réellement parlé des éventuels défauts, et effectivement, avec du recul, ma note semblait finalement assez sévère. D'autant plus qu'au moment du test, je me rendais pas encore compte que ce jeu est finalement dans mon Top 5 MD. Razz

Il s'agissait de la "première version" de mon test, je réajuste normalement la note quand je le met en ligne sur mon blog, me souvenais plus à combien j'avais monté, vu que mon site est down. J'ai donc relu tout ça hier soir, et j'ai modifié la note pour qu'elle soit la plus juste possible selon ma propre opinion. Va falloir que je me remette dessus en tout cas, histoire de le finir en Hard et de voir la vraie fin !

Pour le dernier RKA sorti en 2010, j'ai pas osé en parlé, tout comme Sparkster (MD ou SNES), tout simplement parce que je n'y ai jamais touché. J'aurai pu juste glissé dans mon test une petite phrase attestant de leur existence, mais vu que j'ai jamais mis les dessus ... Very Happy

Giovanni

avatar
Administrateur

El Gregou a écrit:Ouais, sauf qu'on sait très bien qu'un jeu qui a 70%, depuis le temps que la presse jeu vidéo existe, c'est un jeu tout juste moyen, bien que cela signifie 7/10.

C'est comme ça, c'est établi, on n'y peut rien.

oui oui je suis d'accord avec toi la dessus, les anciens magazines nous ont encré leur bareme dans le cerveau

elodiebo

avatar
Vainqueur des Jeux Retrolympiques Saison 1
Très bon test Mr le Ninja Thumleft

Comme toi, je l'avais acheté avec Quackshot sans savoir ce que c'était comme jeu. Je l'ai mis dans la console pour voir s'il fonctionnait... et j'ai pas laché la manette de l'après-midi !

J'adooooooooooooore ce jeu c'est une vraie petite pépite ! Des musiques terribles, des graphismes agréables avec quelques prouesses techniques (là, la MD n'a rien à envier à la Snes), une ambiance particulière que tu retranscris très bien, des boss mémorables (j'adore le combat avec les deux gros pigs métalliques) et des scènes de gameplay vraiment bien pensées !

Bien vu également le parallèle avec Treasure ! Wink

keneda'

avatar
Possédé du Pad

Bien sympa ton test, ça donne envie ! décidément faut vraiment que je me le procure celui la !

dashue


Diable Geek

Il faut que je me trouve son petit frère sur Snes ... si quelqu'un sait où le trouvait pas trop cher ... XD

Invité


Invité
Je ne connaissait pas de version MD spécifique, par contre j'avais adoré la version Snes à l'époque.
Merci pour ce test qui me pousse à vouloir découvrir celui-ci à l'occaz.

Par contre de mémoire une suite a été réalisé sur PS360 et le résultat n'a pas l'air bon à la vue des différents screenshot que j'ai pu voir à droite à gauche.

Bon test en tout cas.

Giovanni

avatar
Administrateur

CnCTotoro a écrit:Je ne connaissait pas de version MD spécifique, par contre j'avais adoré la version Snes à l'époque.
Merci pour ce test qui me pousse à vouloir découvrir celui-ci à l'occaz.

Par contre de mémoire une suite a été réalisé sur PS360 et le résultat n'a pas l'air bon à la vue des différents screenshot que j'ai pu voir à droite à gauche.

Bon test en tout cas.

Je savais pas qu'il y avais une suite, mais effectivement ca a l'air bien pourri

Ajora

avatar
Possédé du Pad

Bin on va me lapider sur place et crier au blasphème mais moi je me suis bien amusé sur la nouvelle version. Alors oui ça n'a évidemment pas le cachet ni la profondeur du premier, et la patte graphique n'a pas grand chose pour séduire, mais j'ai passé un moment agréable malgré tout, ce n'est pas la torture comme l'ont dit beaucoup de gens sur le net à la sortie du jeu.

Et pourtant j'ai connu Rocket Knight Adventures quasiment à sa sortie à l'époque, mais pour autant ça ne m'a pas gêné pour découvrir cet épisode ps360.

Attention, il ne faudrait pas voir dans mon avis un enthousiasme débordant, j'ai trouvé le jeu sympatoche sans plus (ce qui est, je vous l'accorde, un comble vu la qualité du premier) mais il s'agissait juste pour moi de pondérer un peu le discours général sur la toile que je trouve très virulent (limite démesurément je pense) vis à vis de ce jeu, et que je suppute d'être constitué de beaucoup de gens fonçant tête baissé dans la brêche du "c'était mieux avant" de manière irréfléchie sans même avoir essayé le soft. Ce qui est juste dommage, comme démarche.

EDIT : en relisant le topic, un petit +1 pour la démarche du Ninja de ne pas vouloir rajouter un mot à propos de sparkster ou de RK 2010, je rejoins son avis là dessus, mettre un mot sur un jeu auquel on n'a pas touché n'est pas utile. Je préfère la qualité rédactionnelle de son papier à une pseudo exhaustivité tronquée. Thumleft



Dernière édition par Ajora le Mer 29 Fév - 19:44, édité 3 fois

Musashi Oboro

avatar
Ninja Tune
J'ai essayé la démo il y a quelque temps, et je me souviens que c'était assez agréable manette en main. Par contre, il est clair que la charte graphique du jeu lui est extrêmement préjudiciable. Oú est passé le charisme de Sparkster ? D'autant plus que ce genre de suite "revival" vise en premier lieu les connaisseurs des premiers pas de l'opposum, l'esthétique n'est pas judicieuse.

Cependant, la série n'a pas eu de réelle continuité en matière d'identité graphique, mais je pense qu'il fallait un peu plus s'appuyer sur les 2 épisodes 16-bits. Pour le reste, je peux pas trop me prononcer, ayant pas vu grand chose du soft.

Ajora

avatar
Possédé du Pad

Oui tout à fait, manque de charisme évident sur l'ensemble de ce titre, c'est évidemment peu judicieux d'avoir fait ce choix graphique là, et pour le coup voilà un argument tout à fait recevable même de la part des non joueurs. Mais les attaques sur le level design par exemple, sont la plupart du temps un peu gratos et c'est dommage. C'est pas comme si il n'y en avait pas non plus quoi, si tu as trouvé dans la démo une sensation de jeu relativement agréable, même légère, c'est pas pour peanuts non plus je pense.

dynnelle

avatar
Cerbère de la Manette

mais t'as copié sur moi DM (jrigole hein)

moi aussi je prépare un test sur ce jv mais en vidéo.
d'ailleurs j'ai fini l'enregistrement audio aujourd'hui.
ya plus qu'à faire le montage, le plus dur pour moi.

à part ça, j'aime bien ton test, bien écrit .

http://fr.dawanda.com/shop/mathilde-26SweetJewelsShop

Invité


Invité
Le voilà habillé, il va pouvoir être publié sur le site

Giovanni

avatar
Administrateur

J'avoue que comme ça, ca dépote méchamment!

Bien ouej le Ninja

Kawet

avatar
Chat-Bits
ça déchire enéfé

ange_dechu_lucifer

avatar
Administrateur

chrysaor a écrit:Le voilà habillé, il va pouvoir être publié sur le site

J'm'en occupe demain ^^

http://paderetro.com/

Invité


Invité
Je ne disais pas ça pour te presser hein

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum